Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 05:47

La Région PACA a fortement oeuvré pour le développement du ferroviaire.

Sans se gaver de statistiques que l'on peut toujours manipuler, la Région a inversé largement ses pourcentages d'intervention sur ce secteur au détriment du routier qui n'est pas dans ses compétences premières. Il est loin le temps où la Région sur 100€ dépensait seulement 2€ pour le ferroviaire.

 

Mais chaque orientation a son revers.

Nous en avons l'exemple avec le Chemin de Fer de Provence.

En effet la Région a pris en main directement la gestion de cette voie, avec la "Régie Régionale des Transports".

Cette structure a développé une politique largement centrée sur la partie basse, à savoir la plaine du Var, et donc l'Opération d'Intérêt National.

La partie haute est qualifiée "d'arrière pays" et de "partie touristique" par la Régie.

Ce qui contrevient à la lutte des cheminots qui ont toujours dénoncé cette approche uniquement "touristique" et à la réalité historique et géographique de cette partie plus rurale.

Cela entraîne pour la partie basse (Nice/Plan du Var).

1° Le projet d'électrification.

2° Les traverses ciment qui évitent la pollution au créosote.

3° Un cadencement proche des TER.

4° Une remise en état des gares.

5° La conjonction des divers transports à la sortie de l'Ouest de Nice.

Cela entraîne pour la partie haute (Malaussène/Digne)  :

Le Contrat d'Axe qui a pour but de croiser l'aménagement des gares avec celui du développement de la ligne.

Mais cette politique se heurte à un manque de moyens financiers comme par exemple la poursuite d'installation de traverses à la créosote qui sont moins chères que les traverses ciments.

A ce jour, ces installations contreviennent aux normes de la commission européenne et sont dangereuses pour les installateurs et les populations avoisinantes..

De plus, depuis le début il est constaté par les différents participants au contrat d'axe un hyatus permanent entre :

1° La vision des services régionaux d'aménagements du territoire.

2° La vision des services transports de la même Région.

La vision de la Régie Régionale semble bien étriquée et porte essentielement sur les flux de transports et néglige fortement la question de l'irradiation autour des gares et de l'écodéveloppement des villages concernés.

Des élus, et Jean-Yves Petit ou Gérard Piel ont bien saisi l'enjeu, mais le mal est fait.

a) Les loyers des gares ont doublé chassant d'éventuels repreneurs ou exploitants actuels.

b) Il est réfléchi à une autre utilisation des gares essentiellement tournées vers les flux, le développement de l'infrastucture de transports, ses employés, relégant à la portion congrue l'autodéveloppement local et l'implication des collectivités, des associations, des particuliers dans la gestion de ces lieux importants que sont les gares.

Recul de l'auto-écodéveloppement local.

En fait, on constate un recul par rapport à l'époque du Syndicat Mixte où les territoires différents étaient représentés.

Ainsi la politique de la Régie Régionale déconstruit des décennies de décentralisations locales qui avaient permis aux collectivités d'investir et de développer des activités économiques basées sur l'auto-écodéveloppement local.

Il semble bien qu'avec cette notion de dominance "touristique" énoncée clairement par la Régie Régionale à Puget-Théniers, nous soyons sur une voie de non retour, malgré les efforts méritoires du Vice-président délégué aux transports et à l'écomobilité.

 

 

 

aux

Nul doute que la Région PACA a énormément travaillé sur la revitalisation du secteur ferroviaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article

commentaires