Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 05:25

 

 

La mégalopole européenne, aussi appelée dorsale européenne ou banane bleue, a été développé par Roger Brunet pour désigner un espace densément peuplé et fortement urbanisé qui s'étend approximativement de Londres à Milan en passant par la vallée du Rhin. ...http://fr.wikipedia.org/wiki/Banane_Bleue

 

Si l'on regarde la carte sur ce site on constate que les métropoles s'échelonnent depuis le Royaume Unis, les Pays Bas, l'Allemangne, l'Autriche, la Suisse, l'Italie pour arriver à Milan.

 

Sur cette carte on constate que jusqu’à présent la France n’était presque pas touchée par le phénomène des métropoles.

Les dirigeants économiques mondiaux, savent que la circulation, les flux de capitaux et leur reproduction élargie se font dans ces immenses centres urbains actifs et connectés les uns aux autres, en particulier par le TGV.

 

Une identité de vue dans les milieux gouvernementaux à droite comme à gauche.

 

On comprend alors que nos hommes politiques dans leur immense majorité (Républicains, PS, PRG, mais plus étonnant une grande partie d’Europe Ecologie) soient pour cette approche urbaine qui fait des territoires ruraux, des « vassaux » politiques, afin de leur donner des orientations économiques compatibles avec celles des métropoles.

Exemple : le tourisme réparateur, les aménagements pour randonneurs, et ce, sans tenir compte des dégâts causés sur ces écosystèmes fragiles.

En effet, la plupart des « Parc » ou des « Réserves Naturelles » ne sont pas des sanctuaires à protéger, mais des espaces à « ouvrir », en espérant en contrôler le développement et les pratiques des visiteurs…

 

Intégration directe.

Quand il est possible d’intégrer directement des territoires ruraux dans les métropoles il est  fait coup double ((cf les vallées de la Tinée et de la Vésubie dans les AM)

 

Intégration indirecte.

Dans le cas où les territoires ruraux ne rentrent pas directement dans les métropoles, on oblige les communes à rentrer dans des intercommunalités quelquefois sans aucune cohérence géographique ((Ex l’Estéron dans la CCAA), ou même à fusionner, afin de diminuer les points d’opposition à l’intégration et en favorisant financièrement les fusions et les regroupements en intercommunalités et en défavorisant les récalcitrants.

 

Nota : Pour la Dotation de fonctionnement, un urbain vaut déjà financiièrement deux ruraux, et l'écart va se poursuivre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article

commentaires