Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 05:57

 

La période de solidarité internationale est difinitivement derrière nous.

 

Nous avons souvenance le temps où des partis politiques, des syndicats, des associtions dans les différents pays européens (au temps pas si lointain où l'Europe des banques n'avait âs encore les pleiins pouvoirs) réussissaient à mobiliser des foules conséquentes et quelquefois considérables pour soutenir la libération des peuples vietnamiens, algériens, ou autres...

Il arrivait que des collectes soient réalisées dans tous les milieux pour soutenir des mouvements de libération...

 

Quand le professionnalisme solidaire remplace le soutien "politique" international et militant.

 

De nos jours nous avons des ONG qui viennent "panser les plaies", "après coups", de ceux qui sont écrasés par les guerres, par les dictatures, par les fanatismes religieux (et là, on constate que ce sont les peuples musulmans qui souffrent le plus du développement des mouvements djihadistes...).

 

Ces ONG, pour leur quasi totalité n'ont pas pour mission centrale, la solidarité de conquêtes de droits politiques, de droits sociaux, mais bien souvent des missions curatives lorsque le mal est fait, ou enraciné.

 

La  conscience de la "solidarité de classe" fond comme neige au soleil.

 

Durant la période de construction de la "mondialisation à tous crins," destructrice des droits sociaux et de l'environnement, les mouvements de solidarité politique ou syndicaux se sont affaiblis pour pratiquement disparaitre, et quand des dockers français font la grève dans un port de l'hexagone, cela devient une aubaine pour les dockers des ports italiens ou de Belgique.

Presque plus aucune solidarité, et c'est le chacun défend, le dos au mur, son dernier espace ce travail, au point que l'on a vu des ouvriers d'un même "groupe" accueillir avec violence des collègues d'une autre usine venus demander du soutien.

 

Mondialisation et construction de l'Europe inégalitaire.

 

Il semblerait qu'il y ait un lien étroit, un parallelisme entre la mondialisation qui ballade les capitaux et les implantations d'activités, et rend le système de gouvernance invisible et totalement antidémocratique, et la construction d'une Europe où les travailleurs sont obligés d'entrer en concurrence pour survivre, ou conserver leur emploi.

On ne gagne plus de temps de "repos", mais on travaille plus pour des salaires identiques ou en baisse.

 

Les grandes fortunes mondiales pensent que la lutte des classes existe, mais...

 

Warren Buffet, la cinquième fortune mondiale, affirme: La lutte des classes existe, et c'est notre classe qui est en train de la gagner". 

 

Ainsi pendant que ceux "d'en bas" se déchirent, pour à peu près tout, y compris sur le "dérivatif" religieux, les grandes fortunes elles ne se trompent pas d'objectif, à savoir qu'elles appartiennent à une "classe" qui va "gagner la lutte des classes".

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article

commentaires