Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 01:57

 

Hamon ? Le fossoyeur ou le "fossoyé" ?

Lors de ma dernière approche de ce thème : Causes anciennes et causes circonstancielles, j'avais promis de me pencher sur le PS.

Voici bientôt 45 ans que le PS a décidé d'abandonner définitivement les références marxistes et en conséquence de déclarer que le capitalisme était "indépassable".

Mais il ne suffit pas de décréter pour que cela advienne immédiatement : comme disait Mitterrand, il faut « du temps au temps ».

 

La lente agonie des courants de gauche au PS.

En effet, à l'intérieur du PS, des courants de gauche plus à gauche ont continué à survivre.

Ces courants de manière de plus en plus édulcorée ont tenté de prolonger les racines fondatrices, comme "la lutte des classes", l'antagonisme "capital-travail".

Le départ de Mélenchon a sonné le glas de ces courants qui croyaient qu'il était possible d'inverser la tendance lourde entamée voici presque un demi-siècle, et que le PCF avait qualifié de "virage à droite" en son temps.

 

L'impossible mutation écologique.

De plus, le PS ne réussit pas à introduire l'écologie dans ses "fondamentaux", et le départ du courant "Utopia" de Pupuna, en est la preuve. J'ai tenté moi même durant environ 6 mois de voir si une adhésion au PS, dans les Alpes-Maritimes, pouvait permettre la naissance d'un courant de l'écologie politique et me suis rendu compte que cela était totalement impossible.

 

Benoît Hamon n'a été qu'un révélateur.

Et c’est là qu’interviennent les causes que je qualifie de « circonstancielles ». Hamon, a cru (?) que les primaires allaient lui donner l’occasion de passer par-dessus la longue évolution de son parti vers le libéralisme économique, en faisant appel au peuple de gauche lors des primaires.

En fait, il n’a fait que précipiter la chute d’un PS à bout de souffle et sa propre chute, qui étaient inscrites dans le long terme. La fuite vers Macron était prévue de longue date, et Hamon n’a été que le repoussoir de circonstance, le justificatif du moment de cette fuite.

 

La défaite de Hamon ? Victoire de la droite du PS sur deux plans :

1° Les courants de gauche du PS sont donc accusés d’avoir mis le PS hors course, lors de ces présidentielles, alors que Valls n’aurait pas fait mieux, sauf à prendre des voix à Macron.

2° Hamon, comme je l’avais écrit, en a été réduit à grappiller des voix à Mélenchon, le faisant donc échouer à parvenir à la deuxième place au 1er tour de la présidentielle de 2017. Et c'est bien ce que souhaitaient les dirigeants majoritaires du PS. En fait Hamon a réussi, là où Valls aurait échoué.

 

Conclusion ?

On peut se demander, comment un homme aussi averti politiquement qu’Hamon ait pu se tromper autant ? A moins que, son seul rôle conscient, ait été d’empêcher l’émergence gagnante de la France Insoumise « mélenchonienne » ?

Allez savoir ? En fait Hamon a été le "fossoyeur" de circonstance de son Parti, le "fossoyé" définitif de celui-ci... et l'obstacle conscient à la sortie de la V° république...qu'il prônait...

 

,

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans ELECTIONS
commenter cet article

commentaires