Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 09:36

 

   
 
Visite de la Commission européenne.

Mardi 1er septembre et mercredi 2 septembre 2009

 

Réunion studieuse à l’ARPE A Aix en Provence, sous la présidence d’Edgar Malausséna.

 

La commission européenne a rendu visite au plus petit serpent d’Europe ; la vipère d’Orsini, les 1er et 2 septembre 2009 dans le cadre du Programme LIFE Nature.

La Vipère d’Orsini qui fait partie du patrimoine naturel des pelouses et landes des montagnes de Provence est une espèce protégée à l’échelle nationale et internationale.

Malheureusement ces milieux, à la faune (aigle royal, perdrix bartavelle, papillon apollon…) et la flore (edelweiss, pivoine officinale, lys turban) particulièrement riches et spécifique, ont tendance à disparaître en raison notamment de :

*      la progression de la forêt en altitude et du fait du recul des activités pastorales et forestières sur ces territoires.

*      la destruction volontaire ou involontaire de l’homme et le braconnage.

*      La présence de grands événements médiatiques, de type championnats cyclistes.

 

La vipère d’Orsini est pourtant peu toxique pour l’homme (sa morsure équivaut à la piqûre d’une guêpe) et souffre souvent de méconnaissance.

 

Ce programme tend à répondre à la question : - Comment parvenir à concilier les activités humaines sur les milieux de la vipère d’Orsini, tout en maintenant un milieu favorable à un serpent emblématique et utile pour nos territoires ?

 


L’Agence Régionale Pour l’Environnement (ARPE)
en collaboration avec le Conservatoire Etudes et Ecosystèmes de Provence (CEEP), l’Office National des Forêts (ONF), l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), l’Office National des Forêts (ONCFS) et le Syndicat Mixte du Mont Ventoux (SMAEMV) a monté un programme LIFE Nature qui a démarré en août 2006 et s’achèvera en avril 2011.

 

Ce programme financé à 50 % par la Commission européenne, et à 50 % par des partenaires nationaux et locaux (Etat, Région, Départements des Alpes de Haute-Provence, du Var et de Vaucluse, partenaires techniques du projet) pour un montant global de 1,4 million d’euro, permet de redessiner nos paysages et nos milieux par l’expérimentation à grandes échelles de techniques innovantes de gestion du milieu qui permettent de croiser modernité et tradition.

 

 Il s’agit notamment de :

*      la réouverture de ces milieux par la coupe et le débroussaillement

*      favoriser le pastoralisme sur ces territoires.

*      La surveillance et la sensibilisation des publics sont  également accentuées sur les sites concernés par cette espèce. En effet, le public est un acteur incontournable de la conservation de l’espèce.

*       Des opérations de communication (expositions, conférences, brochures d’informations) se déroulent tout au long du programme permettent de faire reconnaître la valeur patrimoniale de cette espèce et de la distinguer de la vipère aspic.

D’ores et déjà un certains nombre de communes de la région, conscientes des enjeux, ont souhaité apporter leur soutien au programme en autorisant les travaux ou en participant avec les partenaires à la réflexion sur l’entretien de ces milieux ouverts, riches en biodiversité.

Le rayonnement de ce programme n’est pas seulement local ou national.

Le travail est conduit à l’échelle internationale afin de définir avec l’ensemble des acteurs d’autres pays où l’espèce est présente, une méthode de gestion favorable à l’espèce.

Collaborations internationales
14/09/2009 - Voyage d'étude en Italie

Un voyage d'étude en Italie pour faire avancer la conservation du plus petit serpent d'Europe...

Après le voyage en 2007 en Hongrie, qui a permis de visiter le centre d'élevage du MME BirdLife Hungary et d’échanger sur la génétique de l'espèce et suite au Workshop organisé en 2008, la collaboration internationale du programme se poursuit par un deuxième voyage d'étude au mois de septembre en Italie afin de développer des collaborations avec l'Institut Denetra de l'Université de Rome sur :

  • La dynamique d'envahissement du genévrier et sa gestion sur les sites à vipère d'Orsini
  • La génétique,
  • Les méthodes de suivi des populations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans écodoveloppement
commenter cet article

commentaires