Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 06:15

Lu dans facebook que les «…fachos sont au PS et nulle part ailleurs », lorsque F. Hollande entend prendre en main et réguler les sites que l’on pourrait considérer comme « dangereux » ou « terroristes ».

Mes commentaires :

N’étant pas au PS et n’étant pas facho, il m’a semblé utile de revenir rapidement sur la liberté d’expression, sa capacité à donner plus de liberté, tout en connaissant ses profondes limites.

Pour moi, il est  donctrès étonnant d'apprendre que les fachos sont au PS et "nulle part ailleurs".

 Résultat de recherche d'images pour "delacroix la liberté guidant le peuple"

Sur le fond, cependant, il serait plus judicieux de parler d’abord de « droit à l’expression », car :

1° Le droit à l’expression se définit toujours dans des « cadres » issus de l’histoire et des rapports de force entre les dominants et les dominés, entre les forces économico-sociales en place et celles qui émergent, montent et contestent « la dominance ».

Mais dans ces cadres, l’expression majoritaire reste la plupart du temps du côté des « dominants », sous de très multiples formes…

2° Le droit à l’expression aurait pour objectif de permettre « la liberté d’expression », mais ce droit est rarement équilibré et harmonieux, car il est toujours limité par les moyens dont dispose chaque protagoniste, et derrière cela il y toujours l'argent, les moyens financiers, le niveau d’organisation...

 

Le droit à l’expression a-t-il des limites ?

1° Dans nos démocraties occidentales, n’est généralement pas reconnu comme un droit à l’expression, l'appel au meurtre, à la violence, au racisme exclusif, ...

Cette liberté là est considérée comme liberticide car elle a pour objectif justement de supprimer le droit de dire, de dessiner, d'écrire..., aux autres, à ceux qui ne pensent pas comme…

Cependant, ce droit est très formel et très ciblé, car il permet d’autres formes de meurtres, comme par exemple le « meurtre industriel » et nous pouvons citer l’affaire épouvantable de l’amiante, où sciemment des milliers de gens furent sacrifiés parce que le droit à l’expression du plus fort, était…le plus fort.

On peut aussi aborder la question du droit à l’expression sous l’angle sociologique.

La liberté d'expression, dans ce cas, n'a de sens que si l'on prend en compte, la lutte contre les inégalités sociales, car dans une société inégalitaire le déséquilibre entre les moyens, économiques, sociaux, culturels et d’expression, des uns et des autres, produit de la déviance, de la violence, qui ensuite est réprimée, au nom justement de la liberté d'expression.

Droit à l’expression et droit à : « l’égalité et à la fraternité ».

Sur le fond, je crois surtout que la liberté d'expression est, en France en tous les cas, un combat permanent entre la laïcité libératrice et tolérante et les divers obscurantismes.

Mais une fois ceci dit : peut-on donner un sens républicain et laïque au droit à l’expression dans des quartiers, où le chômage et les femmes seules avec enfants sont majoritaires ?

Si nos enfants étaient heureux de vivre dans un pays plus harmonieux et pourvoyeur d’avenir, nous ne serions peut-être pas étonnés ou stupéfaits, d’en voir certains, de familles chrétiennes, blonds aux yeux bleus, s’engager dans le djihad en Syrie par exemple…

Violation flagrante du droit à l'expression et à la liberté d'expression, par nos élites.

Mais voilà, quand par exemple 55 % de français s'expriment négativement sur le Traité Communautaire Européen, le parlement avec une partie de la majorité nationale actuelle, décide du contraire.

I

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans PROPOS PHILOSOPHIQUES;
commenter cet article

commentaires