Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 03:29

Merci, Manu, de m’avoir envoyé ce commentaire adressé à M. le Sénateur Vestri concernant le chômage et dont je restitue ci-dessous son contenu avec mes commentaires.

« Monsieur le Sénateur,

Vous avez raison de mettre le doigt sur ce problème qui perdure et qui va en s'aggravant d'une année sur l'autre.

Les signataires du traité de Paris, de gauche à droite: Paul van Zeelande, Joseph Bech, Joseph Meurice, Carlo Sforza, Robert Schuman, Konrad Adenauer, Dirk Stikker et Johannes van den BrinkJe jette la faute aux politiques qui ont dirigé ce pays depuis le général De Gaule jusqu'à nos jours. Ils nous conduisent volontairement ou par incompétences manifeste et répétée,  vers le chaos, avec des conflits sociaux énormes en tous genres qu'ils provoquent par leur politique.

Ils ont : encouragé la mondialisation, le désengagement de l'Etat par les décentralisations à tous les niveaux,  affaibli la France et l'Etat français avec l'Europe et l'Euro,  multiplié les impôts, créé les délocalisations, encouragé les concurrences déloyales, créé des communautés contre le peuple de France qu'ils ont appauvri,  pour s'assurer   de garder le pouvoir  avec leurs projets obscurs et trompeurs ».

Egar Malausséna : Mon commentaire.

Je suis d’accord à 98% avec ce que tu dis, en rajoutant que les hommes politiques ne sont pas seuls dans cette affaire. 

 Si l’on prend l’exemple du fondateur de  l’Europe le Français J. Monnet, on se rend  compte que sa pensée politique est fondée  sur une vision économique qui correspond  aux intérêts des sociétés multinationales qui  avaient besoin de casser les frontières  européennes afin que les capitaux puissent  circuler librement et aller là où la main  d’œuvre est la moins chère, tout en créant un volant de chômage qui engendre le chantage sur les autres salariés qui ont peur de perdre leurs emplois.

Pour moi, il y a donc alliance permanente entre ces intérêts privés et les hommes politiques qui servent ces intérêts.

Je trouve ce débat intéressant et il me semble qu’il faudrait en faire un espèce de forum de discussions...

Qu’en penses-tu ?

« En fait, nous sommes mal barrés, sauf pour ceux et celles qui sont de leur côté et qui s'en réjouissent au quotidien.

Pauvre France !  ils ont encore le culot de dire faites des enfants, (  si ils étaient honnêtes ces politiques, ils diraient plutôt , faire des futur chômeurs, )  bientôt nous serons 8 milliards, et puis 9; 10 11; 12; etc................... imaginez , déjà maintenant ont se marche sur les pieds dans les moindre recoins »,  

Edgar Malausséna : Mon commentaire.

Nous en avons déjà discuté.

En Europe dans nos pays dits « riches », le nombre d’enfants qui nait sur nos sols est en régression constante.

Seule la France produit un peu plus de 2 enfants par 2 adultes.

Cela est du au coût énorme que représente l’éducation (globale) des enfants dans des pays développés comme les nôtres et au développement de l’individualisme qui fait que les adultes veulent aussi vivre leur vie.

Dans les pays pauvres, la démographie n’est surtout pas contrôlée (sauf en Chine), mais l’on constate que dès que la richesse et l’éducation d’un pays augmente, le nombre d’enfants diminue.

C’est une piste intéressante sur laquelle on pourrait discuter.

« que sera demain ce monde des humains qui en masse,  détruit tout sur son passage, (pauvres et riches se sont les mêmes, chacun veut sa part du gâteau  ) l'homme veut tout diriger, tout contrôler, et tout épuiser pour vivre, imaginez   avec cette démographie mondiale  incontrôlée voulue par les politiques qui nous dirigent avec la  complicité  des requins de la finance qui encaissent et qui vont se pavaner dans des îles paradisiaques où l'air est pur, et où il fait bon vivre ».

Edgar Malausséna : Mon commentaire.

C’est d’accord, l’homme veut tout contrôler, sauf que pour l’instant ce sont les puissances financières anonymes (les requins de la finance comme tu dis) qui contrôlent la planète et non pas les pauvres qui même lorsqu’ils votent « contre l’Europe de l’injustice » sont volés de leurs votes par des tours de passe-passe juridiques.

C’est d’accord aussi que ce système fait que ceux qui n’ont pas le pouvoir sont imprégnés de la logique du « prendre-consommer-jeter-épuiser ».

·        On le constate souvent en regardant nos déchets, nos poubelles, où les achats soit disant pas chers et très souvent périssables y finissent leur vie.

·        On le constate quand on voit la quantité de  nourriture qui est balancée à tout va…

·        On le constate quand, pour rouler moins cher, les français sont les européens qui utilisent le plus les véhicules diésels (fabriqués pour que les actionnaires s’enrichissent), et quand ces mêmes français bouffent des particules issues de ce type de moteurs qui rentrent dans leurs poumons et tuent plus de 40 000 personnes chaque année.

On pourrait continuer longtemps sur la question de l’assujettissement idéologique des peuples à un système pourtant qui n’est pas fait pour eux…

« L'homme me fait de plus en plus peur, il ne pense pas aux lendemains qui chantent !

Bien respectueusement votre,  et merci pour votre info ».

Egar Malausséna : Mon commentaire.

Le système planétaire qui dévore nos espaces naturels, qui détruit des millions de vies, qui ne respecte rien sauf la finance, bien sûr me fait peur.

Vignette pour la version du 29 mars 2006 à 16:25

·        Mais pas seulement peur, il me donne le courage de continuer à me « battre contre », et ce, tous les jours, au quotidien et jusqu’à la fin de mes possibilités mentales et physiques.

·        Bien sûr, ce n’est pas facile. Les intérêts privés au quotidien ne réfléchissent que rarement en termes d’intérêt général, et ce cela pourrait faire l’objet de discussions plus approfondies.

Qu’en penses-tu si nous sollicitions les commentaires des uns et des autres, librement, en  échangeant avec d'autres, par exemple, sur mon blog ?

Ce serait de la démocratie directe qui échapperait aux média traditionnels et aux systèmes rationnels qui, eux, sont adaptés à la gestion des Institutions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans PROPOS PHILOSOPHIQUES;
commenter cet article

commentaires