Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 18:31

Nous avons dit, dans des précédentes réflexions, ce que nous pensions des démarches d’aménagement du territoire :

Montantes,

Descendantes,

Mixtes.

Avant d’approfondir la notion de « contrat d’axe » nous nous devons de poser quelques questions :

La Région pourrait-elle dynamiser les alternatives dans le cadre des contrats d’axe ?

L’ARPE pourrait-elle aider à la création et à la coordination de réseaux alternatifs dans le cadre des dits contrats ?

 

Rappel : Nous avons préconisé un travail couplé entre la Région et les organisations qui proposent des alternatives aux développements classiques...

Serait-il possible de favoriser, donc, la mise en place des réseaux de bases qui ainsi ne seraient pas noyés dans les Institutions qui sont des lieux de pouvoir et de financements ?

DIVERS-ES-PHOTOS-006.JPG

Exemple :

Réunir les associations diverses, les acteurs de terrains, agriculteurs, logeurs, commerçants, artisans, professionnels de santé, élus… qui préconisent le développement d’axes nouveaux ou en devenir, comme :

Les circuits courts de vente de produits d’occasion,

Les produits bios cultivés et vendus sur place,

Les énergies renouvelables de proximité,

L’auto partage associatif,

Les liens  entre le ferroviaire et les véhicules propres,

Les commerces mixant professionnels/bénévoles, afin que les bénéfices soient répartis sur des actions de solidarité…

Les logements et hébergements ruraux construits avec des matériaux naturels.

Les échanges culturels mixant l’ancien et le nouveau.

La protection et la rénovation des patrimoines par des méthodes éducatives et participatives.

La démarche « échanges » et « services rendus »…

Les démarches solidaires locales et plus lointaines.

et leur donner les moyens de travailler sans pressions électorales.


 IMAGE-DE-LA-GARE-DE-VILLARS-copie-1.jpg

 

Les Conseils de Développement sont des lieux où ces idées peuvent être exprimées, avec nuances cependant, puisque "in fine" ce sont les Instances élus du "Pays" qui décident.

 

 

 

Il semblerait que l’Agence Régionale Pour l’Environnement et accessoirement de « l’écodéveloppement » (ARPE), pourrait être la coordonnatrice de ces acteurs, dans le cadre qui nous intéresse, à savoir le contrat d’axe des Chemins de Fer de Provence.

 

Les Institutions existantes.

Les institutions (collectivités locales et territoriales), elles, disposent des pratiques, des personnels, des axes de développement plus ou moins traditionnels et sont soumises aux pressions des acteurs/électeurs qui ne se situent pas tous nécessairement dans la démarche d’écodéveloppement.

Cependant, progressivement naissent des approches qui préexistent dans les milieux alternatifs et qui peuvent irriguer les communes, les intercommunalités, les Pays…

Cela est le cas pour le Pays Vallées d'Azur Mercantour qui regroupe les cantons de Puget-Théniers, Guillaumes, Villars-sur-Var (moins la Tour-sur-Tinée, Bairols et Tournefort).

      

Dans le cadre des « Pays », des diagnostics territoriaux, des schémas de services à la population, sont mis en route, soit par des groupes d’études, soit en procédant par questionnaires auprès des populations, des élus, des associations…

Et c’est dans la rencontre :

Acteurs de terrains préconisant des solutions alternatives,

Et

Collectivités locales et territoriales,

qu’il serait peut-être possible d’avancer et de mettre des contenus dynamiques dans le contrat d’axe à venir sur le long de la voie des Chemins de Fer de Provence.

 

Prochain texte : Qu’est-ce qu’un contrat d’axe ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans écodoveloppement
commenter cet article

commentaires