Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 03:00

PHOTOS-EDDY-MAIRE-001.JPGJe ne suis pas communiste, et ce parti comme les autres, a été inexistant lors de notre lutte pour ne pas entrer dans la métropole niçoise et lors de la création de notre intercommunalité rurale.

Mieux.

Nous n'avons pas été d'accord avec les Mairies du Broc et de Gattières (dirigées par des Maires communistes) lorsque celles-ci ont demandé à entrer dans la métropole niçoise, mais ce qui est dit ci-dessous, et au delà d'un vocabulaire qui n'est pas le notre, mérite que l'on s'y attarde.

E. Malausséna.


Association Départementale des Elus Communistes et Républicains

6 rue Balatchano 06300 Nice - 04 93 56 04 00 - adecr06@gmail.com  -  www.pcf06.com

 

Collectivités territoriales : massacre à la tronçonneuse

Nous avions déjà remarqué de la part du pouvoir actuel des symptômes évidents de surdité de l’oreille gauche.

Lorsque toutes les analyses indiquent que le premier enseignement de la déroute de la gauche aux dernières élections municipales réside dans l’abstention massive de l’électorat populaire de gauche qui ne se reconnaît pas dans la politique économique menée par le Président Hollande et son gouvernement, nous pensions légitimement que plus qu’un changement cosmétique de casting, l’urgence résidait dans un changement de politique qui donne réalité justement au changement promis et à une vraie politique de gauche.

Des orientations tournées en priorité vers la réponse aux besoins de notre peuple et rompant avec les désastreuses politiques d’austérité menées jusque là, en parfaite continuité avec les choix de Sarkozy, Fillon et consorts. Hélas si le choix d’une personnalité comme Manuel Valls n’avait rien pour nous rassurer, sa déclaration de politique générale n’a fait que renforcer nos inquiétudes.

Au-delà de la réaffirmation du dogme de « réduction de la dépense publique » que vénèrent tant le PS que l’UMP, de nouveaux cadeaux octroyés au Patronat toujours sans contrepartie, les annonces du nouveau Premier-Ministre sur le devenir des collectivités territoriales signent une déclaration de guerre à la démocratie locale et aux élus de proximité.

Certes, ces intentions apparaissaient déjà en filigrane dans les projets de loi de décentralisation, en particulier dans la Loi des Métropoles approuvée par le PS et EELV grâce à la complicité de l’UMP, mais maintenant les masques sont tombés et les objectifs sont clairs, quitte à nous resservir la fable du millefeuille si chère à Sarkozy et à l’UMP.

Au mépris des chiffres qui montrent que les collectivités ne représentent que 10 % de la dette publique mais 73% de l’investissement, les mesures annoncées traduisent l’obéissance servile aux injonctions de l’Union Européenne et préfigurent la mise à mort du maillage territorial qui des communes aux Régions, en passant par les intercommunalités et les départements, a permis à la population de notre pays de résister tant bien que mal en atténuant les effets dévastateurs d’une austérité sans issue.

La diminution des dotations aux collectivités locales de 10 milliards d’euros, la suppression de la clause de compétence générale pour les départements et les régions qui les empêchera de soutenir comme aujourd’hui combien de projets locaux d’équipement ainsi que tout le tissu associatif et sportif, des intercommunalités imposées arbitrairement sur une base quantitative et non une logique de projet, le regroupement forcé et autoritaire des Régions pour les rendre plus attractives aux grands groupes privés et plus dociles vis-à-vis des instances non-élues de l’Union Européenne et pour finir, la suppression des Conseils Généraux à l’horizon 2021, autant de mesures qui laissent augurer un saccage sans précédent de la décentralisation et de notre territoire.

Il est vrai que l’idée saugrenue de découper un « millefeuille » à la tronçonneuse ne pouvait qu’engendrer un carnage le rendant sinon plus digeste, totalement imprésentable.

L’ampleur des attaques appelle une riposte à la hauteur des enjeux et une mobilisation sans précédent qui ne soit pas freinée par la diversité des convictions, mais qui en fasse une force dans l’attachement commun aux valeurs de la République qui en ont fait son exemplarité.

 

Pour les Élus Communistes et Républicains des Alpes-Maritimes

             Jacques VICTOR     

            Conseiller Général

 

Président de l’Association Départementale des Élus Communistes et Républicains 

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Politique
commenter cet article

commentaires