Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 03:12

L’information, sur mon blog, concernant l’élection d’une femme voilée (en fait il s’agit d’un foulard) dans un Conseil Municipal français a entrainé quelques réponses et réflexions intéressantes.

Cependant, il me semble nécessaire de préciser mes positions sur ce sujet.

N’étant pas croyant et surtout laïque, j’ai toujours pensé que la manifestation publique de la foi était un ferment possible de division de notre pays, dans la mesure où il n’y a pas unicité de culte, pas de religion d’Etat et plus de 30 % de non croyants en France.

Cependant force est de constater que ma position n’est qu’un vœu pieux (si j’ose m’exprimer ainsi) face aux réalités quotidiennes.

En France, le « culturel » et le « cultuel » sont si proches que vouloir en faire la différence relève de l’exploit intellectuel.

Exemple municipaux :

En tant que Maire, j’ai l’obligation d’entretenir les lieux de cultes qui étaient construits avant la loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Pour moi, laïque, il s’agit d’un acte culturel, patrimonial.

Pour les croyants qui vont à l’Eglise, qui votent, qui sont élus dans ma commune, ou même qui ne sont pas pratiquants, ce n’est pas aussi simple, car il s’agit aussi d’un acte « de culte », « pour le culte ».

Il en est de même pour le paiement de gardiennage de l’Eglise payé au Curé, et ce par arrêté du Préfet, grand commis de la République laïque.

Et les Maires dans leur quasi-totalité, et quelles que soient leurs convictions acceptent ces règles.

Autre exemple : les pratiques personnelles :

Détails sur le produitUn conseiller municipal ou une conseillère municipale, au nom de l’ancrage et de l’ancienneté du christianisme, n’a jamais eu de réflexion lorsqu’il (ou elle) arbore une croix sur sa poitrine, ou autre signe d’appartenance à un culte, et pourtant il s’agit bien d’un signe religieux dans un lieu public de la république laïque.

Cela est naturellement accepté.

Exemples scolaires :

Les écoles religieuses sous contrats, perçoivent des subsides de l’Etat, des Régions, les profs sont payés par l’Etat, et cela avec les impôts des croyants et des non croyants.

Le poisson, est de préférence donné aux enfants, le vendredi, même si cette coutume religieuse tend à s’estomper.

N’est-ce pas un signe de respect envers des coutumes religieuses dans un pays laïque.

Pourquoi donc le « foulard » n’entre pas dans cette démarche ?

Mais c’est simplissime, selon moi, bien sûr.

1° Parce que le culte musulman est vu, souvent, plus comme une nouvelle pratique envahissante qui contreviendrait à notre culture judéo-chrétienne que comme une religion comme les autres, et ce d’autant que les excès des extrémistes religieux permettent le mélange avec ceux qui veulent vivre leur foi tranquillement.

2° Parce qu’il est considéré comme un signe de soumission de la femme à l’homme, comme si dans notre pays l’égalité homme-femme était un acquis et comme si seul le « foulard » improprement appelé « voile » mettait en cause cet acquis supposé. 

Quelles seraient donc les solutions :

1° La première serait l’obligation totale de faire disparaître tout signe de religion dans notre vie quotidienne.

On a connu, cela en Russie, dans les pays de l’Est, et l’on a constaté l’effet inverse.

Les religions martyrisée sortent très souvent gagnantes de ces pratiques d’intolérance laïques.

2° La deuxième consiste à pratiquer une liberté totale de culte, avec toutes les manifestations privées et publiques des croyants concernés, y compris sur le plan vestimentaire (comme en Angleterre).

Et on en arrive aux pratiques de certains pays, où les signes de cultes s’affichent dans les classes (comme en Alsace en France), et où un Président de la république prête serment sur la « bible » comme aux USA.

Qu’en serait-il si un de ces président était juif ou musulman par exemple…

Sur quoi prêterait-il serment ?

Et cela arrivera un jour, comme le fait que l'Amérique ait élue un président noir, ce qui était impensable voici 20 ans.

Petites conclusions provisoires :

Voilà donc le débat que je voulais susciter, en citant ce cas d’une femme mère de quatre enfants, élue en France avec son « voile » qui est en réalité un foulard.

Est-ce pour cela que je souhaiterais que ma propre fille porte un foulard ou un autre signe distinctif de religion ?

Est-ce que pour cela je me leurre en pensant que cette femme (comme bien d’autres) serait totalement libre de ses choix ?

Est-ce pour cela que je me dois de condamner un habillement plutôt qu’un autre, par exemple le costume et la barbe de certains religieux juifs.

Non pas, surtout pas !

Lorsqu’une question se pose et que l’on tente de la régler sans en comprendre les causes, on a toutes les chances de se tromper de solution, surtout en matière religieuse.

Si l’on ne veut pas raviver les guerres de religions dont la France fut une des spécialistes dans l'histoire réfléchissons, écoutons, respectons, avant d'agir.

 

C’est tout cela que je voulais susciter en citant ce cas qui pourrait se reproduire. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans PROPOS PHILOSOPHIQUES;
commenter cet article

commentaires