Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 03:38

« Trop de forêts ont déjà été détruites. Nous ne pouvons pas nous permettre d'en perdre une de plus, surtout une aussi importante que Prey Lang ».

Vong Phan, grand-mère de 56 ans, résume la pensée de la plupart des habitants de son village Stung Treng. 

 

Avec 360.000 hectares, Prey Lang est la dernière grande forêt des basses-terres de la péninsule indochinoise. Elle est l'habitat de nombreuses espèces menacées inscrites sur la liste rouge de l'UICN comme l'éléphant, la panthère nébuleuse, le crocodile du Siam, le gibbon à bonnet.

Chaque jour ses bois précieux (palissandre, meranti, balau) sont abattus et exportés comme matériau de construction pour planchers, meubles de jardin ou de luxe. 

 

En langue kuy, Prey Lang signifie « notre forêt »

Prey Lang est la source de revenus de 200.000 personnes, majoritairement issues du peuple autochtone Kuy, qui vivent de l'utilisation et de la vente des produits de la forêt : rotin, miel, résine, fruits, gibier et plantes médicinales.

Les habitants de Prey Lang, qui signifie « notre forêt » en langue kuy, ne tolèrent plus d'être expulsés brutalement de leurs terres et d'assister à la destruction de leurs moyens de subsistances. 

Face à la grande implication des autorités et des militaires dans la destruction de la Nature et l'accaparement des terres au Cambodge, de nombreuses communautés ont créé un réseau sous le patronage du Groupe de Protection des Ressources Naturelles du défunt Chut Wutty.

Ses participants organisent des pétitions, des manifestations et même des patrouilles pour stopper les bûcherons criminels et confisquer leurs tronçonneuses. 

Le réseau Prey Lang milite pour que leur forêt devienne une zone protégée.

Un projet de loi existe déjà mais attend toujours d'être adopté par le gouvernement.

Soutenons leur initiative !

Sylvain Harmat   Sauvons la forêt
info@sauvonslaforet.org 
www.sauvonslaforet.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans écodoveloppement
commenter cet article

commentaires