Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 06:25

Depuis des décennies, les commentateurs politique, les français en général utilisent en permanence le concept « La gauche » comme si ce terme allait de soi, et ne sachant pas qu’en France en particulier, «La gauche » n’a jamais existé.

 

En effet, depuis les premiers jours de la grande révolution de 1789, se sont affrontées « des gauches » bien différentes, qui avaient comme seul point commun de siéger « à gauche » de l’assemblée.

Dès le début se sont affrontés les tenants de la gauche sociale et plébéienne, la gauche volontariste et progressiste, issue de la bourgeoisie de l’époque, la gauche centriste des compromis qui s’est moulée dans le capitalisme naissant, la gauche centralisatrice et la gauche décentralisatrice.

Ces différences étaient tellement fortes, que ce ne sont pas des royalistes qui ont fait chuter Robespierre, mais bien des républicains…

 

Et ces différences, nous les avons retrouvées durant les révolutions de 1830, 1848, 1860, redoublées par les conflits des « pro » et des « anti » révolution russe, marxistes et non marxistes.

La différence principale entre ces deux grands courants, étant l’acceptation du système capitaliste à améliorer, ou à ne pas accepter et à abattre à plus ou moins long terme.

 

Mais pourquoi donc, parle-t-on de ‘’la gauche" en France, comme si il n’y en avait qu’une qui serait traversée par des différences mineures ?

En grande partie, cela est du aux orientations du PCF, qui tout en voulant se différencier des réformistes socialistes, a été le principal initiateur du « Front Populaire », du "gouvernement Tripartite » à la sortie de la deuxième guerre mondiale, du « Programme commun » de la gauche », ou même de la « gauche plurielle ».

Ces concepts historiques ont consacré l’idée de il y avait une "seule gauche", avec des « courants », comme au PS, par exemple.

 

Or les situations changent.

Les pays européens, et la France en particulier, découvrent « La France Insoumise », « Podemos » en Espagne, Di Linke en Allemagne…comme si après le grand effondrement du bloc soviétique, l’histoire des gauches se réclamant de la tradition révolutionnaire, était terminée et qu'une nouvelle phrase historique était en train de s'ouvrir.

Ce qui est sans doute terminé, c’est la force « propulsive » des partis socialistes et des partis communistes qui pour des raisons diverses n’ont pu, ou su, s’adapter à la mondialisation soit pour s'y conformer franchement, soit en mettant en place des stratégies de combats. Ces gauches là ne semblent plus en mesure de dynamiser des citoyens de manière massive.

 

En France, Macron, représente le courant très ancien de la gauche centriste de 1789, un peu du « marais » qui se fonde sur les évolutions techniques et technologiques pour aménager le système existant, tout en pensant le rendre plus humain, et chose nouvelle depuis cette décennie en n’intégrant pas les notions de l’écologie sociale et politique.

 

En France, Melenchon se rattache à la gauche volontariste de 1789, à la recherche des plébéiens qui ont pour l’instant choisi en grande partie, le Front National. Par contre son programme écologique est pratiquement aussi structuré que celui d’Europe Ecologie.

 

Comme quoi, si l’histoire ne se répète jamais deux fois de la même manière, la filiation à travers notre histoire nous rend plus lisible le présent.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Politique
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 19:38

Mesdames, Messieurs, chers amis,

 

Il est temps de terminer nos discours, mais il est impossible d’entamer cette nouvelle année, sans faire retour en arrière et mesurer ce qui s’est passé dans le monde en 2016 et les années précédentes.

 

Le premier constat accablant, est celui des guerres qui écrasent les populations civiles, et ce, depuis des années et des années.

Rappelons les bombardements de masse, en Tchétchénie, en Ukraine, à Gaza, au Yémen, en Irak, en Syrie, dans les zones Kurdes de la Turquie…et ce n’est pas fini.

 

Depuis l’invasion de l’Irak, et depuis que dure la guerre Israélo palestinienne, les populations civiles sont dévastées par les bombardements, et maintenant partout, par les pires attentats terroristes.

C’est pourquoi, nous devons rendre hommage, à toutes les victimes, innocentes dans le monde, des guerres, des bombardements, du terrorisme. Et je vous demande, surtout, de ne pas les oublier.

 

Ces pratiques guerrières :

· Qui ajoutent aux humiliations de bien des peuples,

· Qui découlent, aussi mais pas seulement, en occident de la difficulté de nos pays à régler les problèmes sociaux d’une partie de la jeunesse, sans avenir,

nous ont entraîné dans la spirale infernale du terrorisme international qui sévit en :

· France.

· Allemagne.

· Belgique, et partout ailleurs, faisant des centaines de milliers de victimes.

 

Et petit à petit, nos pays européens, sombrent dans une atmosphère de guerre de religions, où des extrémistes tentent de nous engager, à coup de rappel aux « racines », à coup de rappel « aux origines lointaines », dans des affrontements communautaires, ethniques, racistes, et religieux...

 

La réponse française ? Elle doit être le rappel constant à ce qui a fait la beauté de la nation française dans le monde : La laïcité.

· Que nous soyons croyants de toutes confessions,

· Que nous soyons libres penseurs,

· Que nous soyons athées,

Nous devons appliquer en toutes circonstances, la séparation des Eglises et de l’Etat, fondement de la liberté collective et individuelle républicaine.

Et nous devons exiger cela de tous nos concitoyens.

Les religions, ne doivent en aucun cas, régir les règles de nos républiques successives, tout en ayant le droit de défendre des « valeurs ».

 

C’est pourquoi, nous les élus, nous qui exigeons que la vie «publique » soit régie par la laïcité, nous devons permettre l’expression des diversités de pensées et de religions, de nos concitoyens, sans que ceux-ci soient poursuivis publiquement pour leurs croyances.

C’est aussi cela, la complexité de la laïcité.

Alors, à nous de faire vivre, la douce France laïque.

 

Le deuxième point que je souhaite aborder, est bien moins dramatique, bien que très préoccupant :

Depuis trois ans, notre commune subit des coups très importants qui ont failli complètement déstabiliser nos finances municipales. Citons :

· Le procès qui a failli faire fermer nos gîtes.

· La fermeture de l’Auberge de la gare, durant une année.

· La fermeture définitive de la brigade de gendarmerie.

· Les pertes de locations de nombreux locaux et appartements, quelquefois du à des personnes incapables de régler leur loyer, ou en partance.

· Les baisses importantes des subventions et dotations de l’Etat, du Département, de la Région.

Bref, c’est près de 150 000€ qui auraient pu partir en fumée entre 2015 et 2016, alors que les besoins de nos concitoyens sont en augmentation.

 

Je sais, que tu ne le souhaites pas Danièle, mais je vais quand même l’évoquer.

Sans tes compétences, ton acharnement, ton dévouement, en ce moment nous ne serions pas en train de nous réjouir d’avoir remonté la pente.

Tu t’es transformée, en agence immobilière, en publicitaire, en notaire, en scribe…et que sais-je encore ? Et tout cela ne se voit pas.

 

Tu n’as pas fait dépenser un centime de plus que prévu, mais tu as réussi à relouer 9 appartements et un local d’exploitation.

Et tu as, en vue, deux autres locations, plus une nouvelle activité.

 

En cette période, où les incivilités de tous genres se développent sans complexe, où le Maire a été menacé, a été amené à se justifier devant la gendarmerie, où il est traîné en tribunal, tu es à mes côtés, avec les adjoints Meyer et Bianchi et de nombreux élus, y compris ceux que l’on voit peu, parce qu’ils travaillent, mais sont présents au Conseil.

Cela n’a pas été le cas de tout le monde, y compris dans la municipalité.

Et cela, Danièle, Fabrice, Guy, mes amis élus, je ne l’oublierai pas.

Merci, mille fois merci.

 

Pour terminer, vous savez tous que 2017 sera une année importante sur le plan électoral.

Personnellement, je n’ai jamais été enthousiasmé par l’élection présidentielle, qui a transformé notre république en « Monarchie élective temporaire », et où l’on nous fait croire à l’homme providentiel.

Par ailleurs, le Maire s’il a des opinions, ne tient pas à donner des consignes de vote, même si il a le droit de donner sa signature à la Présidentielle, sans rendre de comptes à personne.

 

Le Maire, est le responsable de toute la population villaroise, y compris de celle qui ne l’a pas votée, avec une philosophie constante :

La solidarité.

C’est ainsi que les élus n’incitent pas les villarois qui ont « peu » à se retourner contre « ceux qui n’ont pratiquement rien ».

 

Le seul Conseil public que le Maire peut donner, est un conseil « citoyen ».

· On ne devrait pas voter pour le look, d’une, ou d’un candidat.

· On ne devrait voter pas pour l’attirance ou l’inverse, à l’égard d’une, ou d’un candidat.

· On ne devrait pas voter sous le seul coup de l’émotion, mais aussi de la réflexion avec l’évaluation des conséquences.

 

Pour être citoyen, selon moi, il faut prendre le temps de lire les programmes.

 

Je sais, vous allez me dire que souvent il y a une belle distance entre les promesses et la réalité.

Mais justement, le seul moyen de mesurer la distance entre les promesses et la réalité, c’est de :

· Réfléchir pour déterminer quel est son intérêt.

· Trouver le programme qui correspond le plus à son intérêt et à ses idées.

· Et ensuite voter en « en toute connaissance de cause ».

 

Mesdames et Messieurs venus d’ailleurs, chers amis villarois, responsables dans divers domaines, et chers bénévoles associatifs,

 

Nous ne sommes pas sûrs, du tout, que les puissants nous entendront.

Mais souhaitons que cette année 2017 soit celle :

· De la fin des guerres, et du terrorisme,

· Du plein emploi,

· De la solidarité,

· De la santé pour tous, grâce à notre système médical qui fait encore la fierté de la France.

 

La Marseillaise.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans SOLIDARITÉ INTERNATIONALE
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 14:12

Le revenu d’existence dont on parle tant ces temps-ci a pour caractéristique d’être inférieur au seuil de pauvreté et à l’actuelle allocation adulte handicapé, ainsi qu’au minimum vieillesse !

Selon son promoteur, il remplacerait pourtant certaines allocations, mais on ne sait pas lesquelles ?

Et le plus étonnant est qu'il serait versé à tout le monde, sans exception car il s'agirait d'un revenu universel. Oui versé à tout le monde !

Comme la somme se situe au niveau du RSA socle, cela ne changera rien du tout pour ceux qui l’ont déjà.

Mais on peut imaginer la tête de Messieurs Bolloré et Dassault, de Messieurs Carlos Ghosn et de Madame Lagarde, ou de leurs progénitures si ils recevaient cette somme…

Et on peut se demander aussi quelle tête feront, en apprenant cela, les bénéficiaires qui de toute façon ne pourront pas en vivre et seront encore et toujours en quête de revenu… et peut-être perdants d’une autre allocation.

Peut-on appeler cette mesure "un progrès social" ?

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans ELECTIONS
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 07:00
La révolution se poursuit pour les poules !
Carrefour cessera de vendre en France des œufs de poules en cage sous sa marque propre d’ici 2020 et pour tous les œufs vendus dans ses magasins d’ici 2025. Quant à Elior, une des premières entreprises de restauration collective en France et dans le monde avec 4,4 millions de clients servis chaque jour, elle éliminera les œufs de cage de sa chaîne mondiale d'approvisionnement d’ici 2025.
Ces deux engagements sont une nouvelle avancée fantastique pour les poules, dont nous pouvons nous réjouir. D’autres enseignes et marques françaises vont rapidement suivre ces exemples.
Retour sur une année fructueuse
Nous avons accompli beaucoup de choses ensemble en 2016, grâce à votre soutien et à vos dons qui nous permettent de mener nos campagnes. Nous vous invitons à découvrir une sélection de 12 temps forts de 2016, parmi lesquels :
Nos spots sur l'élevage intensif français au cinéma.
Nos vidéos d'enquête sur les exportations d’animaux vivants.
Nos auditions à l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage.
600 000 signatures pour la fin des cages pour les lapins.
85 millions d’animaux vont profiter chaque année de meilleures conditions d'élevage grâce aux lauréats 2016 de nos Trophées.
Les 12 temps forts
Ces moments forts représentent une partie de notre travail en 2016 et je vous remercie à nouveau pour votre soutien sans faille. Sans vous, rien n’est possible.
En 2017, nous continuerons à nous battre, avec vous, contre les cages, pour l’étiquetage obligatoire du mode d’élevage, contre les transports longues distances, pour de meilleures conditions d’abattage et la réduction de la consommation de viande… Nous veillerons aussi à ce qu’en cette année électorale, la question animale soit au cœur des préoccupations des politiques français.
Merci d’être à nos côtés pour cette nouvelle année pleine de défis et encore tous mes meilleurs voeux,
Léopoldine Charbonneaux
Directrice CIWF France
PS Ne manquez pas notre sélection des 12 événements les plus marquants de l’année 2016, ce sont vos succès !
Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans NOURRITURE ET CIVILISATION
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 00:37

En fait, ce ne sont même pas des chips, comme l’ont expliqué les dirigeants de "Pringles" eux-mêmes devant la Cour Suprême d’Angleterre.

 

Un produit sans pomme de terre ?

La firme qui produit les Pringles, Procter & Gamble, refusa pendant des années de payer la TVA spéciale s’appliquant en Angleterre sur les chips et snacks à base de pomme de terre.

Attaquée en justice, elle expliqua que, vu la faible teneur en pomme de terre des Pringles, et vu le processus de fabrication industriel, tous les additifs, arômes et colorants, ils ne pouvaient pas être considérés comme des chips, ni comme des snacks à base de pomme de terre.


Pringle avait presque gagné.

Leur argumentation fut si convaincante que la Cour d’Appel leur donna raison, dans un premier temps.

Mais les juges de la Cour Suprême, eux, furent d’avis que les Pringles devaient être taxés comme des chips car, à défaut d’être faits à partir de pommes de terre tranchées, ils avaient une apparence rappelant celle des chips, et étaient considérés comme des chips par le public. Procter & Gamble dût alors s’acquitter de 120 millions d’euros de taxe.


Un monde de fous

On peine à imaginer que des dirigeants diplômés puissent se tirer une balle dans le pied de façon aussi lamentable, en dénigrant leur propre produit pour économiser des impôts.

 

Mais le fait est qu’ils avaient de solides arguments.

Ainsi qu’ils l’ont expliqué, les Pringles sont fabriqués à partir d’une poudre de riz, blé, maïs et copeaux de pomme de terre.

Cette poudre, mélangée à de l’eau, est ensuite compressée pour former une bande continue très fine d’un mètre de large.

Des formes ovales sont appliquées sur cette pâte, puis chaque bout de pâte découpé est mis sur un moule arrondi qui est plongé onze secondes dans l’huile bouillante. A la sortie, une soufflerie élimine l’huile en excès, puis les Pringles passent sous un double jet de poudre de sel aromatisé.


Leur forme parfaitement standardisée permet de les imbriquer les uns dans les autres et d’être glissés dans un tube hermétique, semblable à celui des balles de tennis, en perdant le minimum d’espace.

 

C’est un énorme avantage par rapport aux chips traditionnelles, entraînant d’importantes économies en emballage, transport et stockage. Cela explique pourquoi les Pringles sont très courants dans les avions, les trains, dans les distributeurs automatiques, et partout où il faut des produits aisément transportables, qui ne s’abîment pas lorsqu’ils sont manipulés, voire secoués, et se conservant longtemps sans changer d’aspect.

Cancer en boîte de conserve. La plupart d’entre nous résistons difficilement aux biscuits apéritifs car leur goût salé, fumé et épicé est en général délicieux, leur texture craquante et fondante les rend irrésistibles sur la langue, si bien que, une fois le paquet ouvert, il faut une volonté de fer pour ne pas l’engloutir tout entier.

Ils sont d’autant plus traîtres que le sel nous fait saliver et active la sensation d’appétit dans l’estomac, et, se transformant presque immédiatement en glucose, ils font monter en flèche notre taux de sucre sanguin, procurant à notre cerveau des bouffées de plaisir.

Malheureusement, ce petit bonheur immédiat entraîne avec lui une sensation désagréable d’écœurement tout en ayant encore très faim, et les conséquences à long terme sont très mauvaises pour la santé.

 

(Extraits de Nature Santé et Innovation).


 

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 08:29

Suis-je dans une période de revue nécrologique ?

Sans aucun doute. Ceux qui de la génération qui m’ont précédé et m’ont influencé s’en vont.

Souvent à des âges canoniques, comme Louis Fiori à 91 ans et Marcel Meaufront à 95 ans.

 

Quels points communs entre ces deux hommes ?

Le sens de la lutte, le sens de la fidélité aux idées qui se voulaient émancipatrices, la force de caractères quasi indestructible de leur vivant.

Et le fait d’avoir bu le lait du Front Populaire en1936 et des années qui ont suivi.

Au-delà, deux parcours bien différents.

 

Marcel, le minoritaire des minoritaires.

Marcel, lui, fut toujours d’obédience anarco-syndicaliste. Toujours dans les minorités.

Minoritaire des minoritaires dans le syndicat des enseignants.

Minoritaire des minoritaires chez les Verts.

Minoritaire en France avec ceux qui se battent pour la reconnaissance de toutes les langues régionales.

 

Bref, un homme de bonté qui préférait le "fond" à la "tactique", même avec ses proches.

Je me souviens que chez les écologistes, nous avions 98% de points communs, et malgré toutes nos sympathies réciproques, nous n’arrivions pas à voter les mêmes motions.

Les siennes se situant toujours aux alentours des 2 %.

J’essayais de le convaincre que c’était des voix perdues, mais Marcel préférait le « contenu », le "fond" à la « tactique ».

C’était tout à son honneur, car dès qu’il le pouvait il rappelait sans cesse que le compromis « socialiste » de 1936/37 avait fait sombrer le Front Populaire.

Marcel, c’était la gauche, de la gauche, de la gauche, des Verts.

 

Ah son amour de l’écologie, son combat contre le nucléaire, ses efforts permanents pour que vivent nos langues régionales françaises, et en particulier l’Occitan.

Oui, des convictions, toujours généreuses et pacifiques.

Des comme toi  Marcel, je ne suis pas sûr qu’il y en ait encore beaucoup !

 

Repost 0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 05:32

Louis Fiori est mort. Il avait 91 ans. C’était une force de la nature, et cela il le savait.

Il savait nous faire rire et il riait de ce rire un peu enroué de ceux qui fument…et puis il passait tout de suite au ton sérieux et analysait tout haut, comme on parle, une situation...

 

Une sympathie combative.

La façon de Louis, c’était sa capacité à produire de la sympathie, sympathie que ne partageaient pas nécessairement ses adversaires, car il avait le visage fermé et le corps puissant, quand il s’adressait à eux avec une force incroyable.

Louis, n’avait peur de rien, lui qui avait été résistant.

Et je me souviens d’être monté à une tribune, boulevard Carabacel, pour contrer le Professeur Girard, en m’appuyant sur les dire de...Louis Fiori.

 

La prémonition.

Il était venu faire une conférence à Villars, en présence d’un ancien du PCF, Edmond Desrosiers.

Il revenait des Etats-Unis.

Et ce jour là, je me souviens, c’était il y a 35 ans, il nous avait dit (en résumé), que ce qui se passait dans les banlieues des Etats-Unis, avec la ségrégation raciste, avec la pauvreté, avec les gangs, et bien un jour nous en serions au même point.

Et que là, alors, on ne pourrait peut-être plus rien arrêter…

 

Avec le recul.

Avec le recul, combien il avait raison…

On a parqué les gens, par classes sociales et par origine, on n’a pas créé les emplois nécessaires pour les enfants de la 3ème génération immigrés qui sont devenus souvent (pas toujours) des étrangers dans leur pays de naissance.

On a fermé le robinet des associations de quartiers qui avaient pour but de créer des citoyens actifs.

On a souvent aidé des groupes pour avoir la paix sociale, en jouant la carte du clientélisme.

On a cru qu’il suffisait de requalifier les immeubles pour relancer l’ascenseur social…

 

Lorsque nos banlieues ont brûlé, en France.

On aurait du comprendre, que la priorité n°1 était de mettre le paquet, financier, culturel, économique sur ces quartiers, sous peine de voir virer les jeunes à la révolte et à la recherche d’un idéal mortifère.

 

Et quand il y a « vide politique », et bien quelqu’un le rempli nécessairement.

Le travail des communistes d’exalter la lutte des classes pour un monde sans classe, disparaissant, on a assisté à la monté et à l’exaltation d’un islam extrémiste, qui se veut l’antithèse du modèle occidental, dans ce qu’il a de pire.

 

Louis, tu avais raison avant les autres, sur ce sujet comme sur tant d’autres.

Un seul regret ?

Que tu n’aie pas vu venir l’effondrement de ton idéal communiste, et de n’avoir pas été de ceux qui auraient pu faire opérer un tournant historique à ton Parti.

Tu en avais le prestige, mais il fallait alors remettre en cause, le sens de ta vie et tes fidélités.

Cela n’a pas été possible.

Toi, qui étais un partisan farouche de la paix, repose tranquillement dans ton pays niçois.

Tu étais mon « Barel ».

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 05:06

Dans son blog, Patrick Allemand écrit :

"La courbe montre que la tendance s’avère plus structurelle : en 20 ans, le nombre de poursuites pénales contre les élus locaux a presque doublé (+95%) avec des cycles assez réguliers de deux années de hausse consécutive, pour une année de baisse.

Entre avril 2014 et avril 2015, 212 élus ont été mis en cause. Un record absolu qui rappelle que cette fois, l’indépendance de la justice, c’est une réalité !"

Cela devrait rassurer un peu nos concitoyens qui pensent que les "élus sont intouchables".

 

Il nous faut cependant faire preuve de recul. En effet, du fait de l'effacement de l'Etat dans ses principales fonctions, et de la diminution du nombre de fonctionnaires d'Etat comme par exemple dans les secteurs de  :

L'urbanisme, Trésor Public, Gendarmeries, Poste..., surtout dans les petites communes,  les élus locaux, se retrouvent aux avant postes, en confrontation directe avec des concitoyens, qui vu le contexte actuel, sont souvent de plus en plus hargneux...

 

Les élus sont souvent agressés verbalement, menacés physiquement, dénigrés le plus souvent par ceux qui sont les plus : "inciviques".

Et je peux attester qu'il ne s'agit pas d'immigrés, rarement de cas sociaux, mais de personnes qui souvent critiquent le laxisme des autorités, mais qui eux mêmes s'accorde des droits. Ils s'accordent souvent des droits en s'appuyant sur le fait qu'ils sont "d'ici", et pour ces personnes, cela suffit.

Et dans ce contexte, nous les élus des petites communes, nous retrouvons souvent soit l'objet de plaintes, soit traînés en tribunal, tout simplement parce que nous souhaitons faire respecter des "comportements civiques" et les lois et règlements applicables à tous.

 

Le fait que le nombre de poursuites contre les élus ait augmenté, non seulement ne rassure pas nos concitoyens, qui constatent que nombre de "grands élus" passent à travers les mailles du filet, ou que leurs condamnations sont bien faibles :

Mais cette augmentation des poursuites, est le reflet aussi de  conflits entre des élus et certains de leurs concitoyens, conflits qui prennent de l'ampleur, se judiciarisent, comme dans les pays anglo-saxons. Notre société devient de plus en plus...tendue...

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans culture et politique
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 07:44

Ne volez pas un fromage, car il vous en coûtera des journées de prisons.

Et cela, en France, comme au temps de Jean Valjan dans les « Misérables » de Victor Hugo au 19ème siècle.

 

Soyez négligent(e) et accordez 400 millions d’euro à un homme d’affaire qui a été condamné à de nombreuses reprises.

Vous serez condamné(e)…à rien par la justice, car on tient compte de votre situation sociale et des responsabilités que vous exercez dans le monde…

 

On est loin, de notre Grande Révolution Française de 1789, quand ceux qui voulaient une « république sociale », ont été battus par les conservateurs de tous poils.

Depuis, la justice n’est pas la même selon que vous soyez « puissant » ou « misérable ».

 

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans PROPOS PHILOSOPHIQUES;
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 04:32

J'aime bien l'émission d'ARTE : « 28 minutes », même si je la trouve un peu hachée et quelquefois brouillonne à la différence des forums sur la chaine 5.

Et ce jeudi 15 décembre, la discussion portait sur les prisons françaises.

J’ai retenu que les juges, contrairement à ce que ressentent nos concitoyens sont de plus en plus sévères, et les peines prononcées de plus en plus longues. La preuve, nos prisons craquent sous le nombre de plus en plus grands de détenus.

 

Au-delà des conditions de vie, et du délabrement des prisons françaises, j’ai retenu deux chiffres :

 

59 % des condamnés qui passent par la prison : récidivent.

11 % des condamnés qui passent par des peines alternatives, comme les travaux d’intérêt général, récidivent.

Ces deux chiffres montrent que la prison est loin d'atteindre son but, à savoir punir les délinquants afin qu'ils ne recommencent plus.

 

Et par ailleurs, nos prisons sont tellement surpeuplées que l’on met ensemble de redoutables « majeurs », avec des "jeunes" qui ne sont que de petits délinquants.

 

Résultat ? Les prisons fabriquent l’insécurité.

 

La prison est « l’école du crime », et nos dirigeants qui croient satisfaire les populations en enfermant toujours plus, ne font qu’augmenter l’insécurité, car un petit délinquant qui sort en ayant été « instruits » par de grands délinquants, sera beaucoup plus dangereux à sa sortie...qu’à son entrée.

 

On se prépare des lendemains difficiles, lorsque les petits délinquants instruits par des récidivistes du Djihad, sortiront.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article