Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 04:38

On aurait pu croire qu'enfin après Toulouse (AZF), grâce à des plans de préventions bien élaborés, les grandes entreprises multinationales, nationales, seraient mises au pas.

 

C'était être bien naïfs que de croire cela.

En effet, partout en France, les plans se multiplient de la même manière.

Les entreprises sont "sommées" de mettre en place des normes de protections.

A première vue c'est bien !

Sauf, qu'en fait l'Etat se met au service de ces mastodontes économiques et financiers pour leur trouver toutes les solutions qui seront les moins onéreuses pour elles, et qui auront comme conséquence :

° De spolier les petits propriétaires qui sont priés de dégager, contre faibles indemnités.

° De s'installer dans des zones rurales, avec toutes les conséquences sur l'environnement, les transports et transits, sur l'agriculture, sur les habitats périurbains...

 

Rien ne semble vouloir arrêter cette mécanique infernale, où les Etat européens décident de notre sort au Conseil de l'Europe, transmettent leurs décisions à la Commission Européenne, qui elle édicte des "directives".

 

Les citoyens, les associations, les communes rurales, voient ainsi leur monde bouleversé, en particulier dans le cas de Primagaz pour une énergie fossile non durable, mais rentable pour les actionnaires de ces groupes qui sont devenus tous privés, par la grâce de l'Europe dirigée par des hommes politiques que nos peuples élisent.

 

Bref, quand les peuples se réveillent c'est souvent bien trop tard, et la colère, mauvaise conseillère, entraine des réactions hostiles à la démocratie que péniblement durant des décennies, les partis démocratiques et les syndicats avaient construite pas à pas.

 

Utiliser la campagne comme déversoir des villes.

La politique européenne est claire, il faut utiliser les terres naturelles ou agricoles, pour dégager les villes et les immenses métropoles vers des lieux encore relativement vierges. C'est, comme depuis toujours, l'asservissement des campagnes par les villes. C'est l'accélération de la rotation des capitaux en des immenses connurbations qui s'étendent sans fin.

 

 

Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 05:15

Nous serons nombreux, quartier l'Ablé à Malaussène à exprimer notre opposition au projet d'implantation d'un vrac de gaz de 49 tonnes, sur un terrain privé.

 
A le ferme de l'Ablée, sera organisée une journée champêtre (suivre les flêchages), à compter de 10 heures du matin.
 
Chacun apportera son pique nique.
Un apéritif partagé aura lieu après la conférence de presse vers 11h30.
 
Un marché paysan fera la démonstration que cet espace est dédié à l'agriculture saine, bio, de proximité...
 
Des animations pour enfants se dérouleront sur le site.
 
Non à l'industrialisation de notre vallée.
Oui à un développement harmonieux fondé sur notre ruralité.
 
Sur FACEBOOK : @nonprimagaz
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Published by Edgar MALAUSSENA - dans ECONOMIE RURALE
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 04:49

M. le Maire de Malaussène, au nom de son conseil municipal, de toutes les communes qui ont délibéré et du Collectif « Non à Primagaz », a demandé une entrevue avec M. le préfet afin de donner leur position sur l’installation d’un relais vrac Primagaz sur la commune de Malaussene à ce jour nulle réponse n’est parvenue.

La seule information connue est la date fixée au 1er septembre à 9h30 en préfecture d’une réunion sur le PPRT de Carros.

 

Cette demande de réunion sollicité par les élus membres du collectif et le collectif « Non à Primagaz",  le 2 aout à la Préfecture, a pour but d’exposer les motifs de refus du projet d’implantation d’un relais vrac de gaz de 49 tonnes sur un terrain privé sur la commune de Malaussène, et ce, à proximité d’habitations  et de terrains agricoles bio, pour suppléer à l’éventuelle fermeture à Carros d’une zone de stockage de  plus de 185 tonnes.

 

Les opposants à ce projet, savent parfaitement que ce premier projet d’implantation de ce vrac de 49 tonnes, ne peut qu’être suivi d’autres implantations, afin de parvenir au stockage initial de 185 tonnes. La surface de ce terrain privé à Malaussene  ne peut que faciliter l’extension de cette opération et suscite les plus grandes inquiétudes.  (5 hectares).

De plus, les communes et les membres du collectif, rappellent que l’intercommunalité Alpes d’Azur, seule intercommunalité entièrement rurale des Alpes-Maritimes, n’a aucunement défini dans sa charte et celle du Pays d’Azur Mercantour, un quelconque développement industriel.

 

Les oppposants à ce projet, tiennent à rappeler que l'intercommunalité Alpes d’Azur, a défini de grandes orientations qu’elle a définies et mises en pratique à ce jour :

° L’artisanat et le commerce (signature de chartes avec la CCI et la CM).

° L’agriculture bio, diversifié et de qualité avec l’installation de nouveaux agriculteurs et de points de ventes collectifs.

° Le pastoralisme, dans le cadre éventuel de contrats de territoire...

° L'accueil en milieu rural, en termes de tourisme doux et de consommation de produits locaux.

° Les services d'aides à la personne, dans tous les domaines de la vie sociale.

° Le développement du tri sélectif en termes d’apport volontaires et de revalorisation des « déchets » et « encombrants ».

° Le développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie (territoire à énergie positive).

° Les nouvelles techniques de communication (fibre optique).

° Les transports collectifs (Les CP vallée du Var).

° L’acquisition de véhicules électriques pour les collectivités.

° Le scolaire et péri scolaire de qualité, dans le cadre des 14 écoles du territoire.

° La mise en place du label rivières sauvages.

° La mise en valeur de la réserve naturelle du Daluis. 

​° Les zones de Natura 2000 et les projets qui peuvent s'y dérouler.

 

Le projet progressif d’industrialisation de son territoire, est antinomique à ces orientations

Le projet de sécurisation des installations de stockage de gaz doivent se réaliser sur le territoire où elles sont déjà implantées, à savoir la zone industrielle de Carros.

Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 02:59

Mesdames et Messieurs, mes amis villarois,

Aujourd’hui, pour nous tous, est un triste jour.

Il nous faut penser à tous ces morts victimes de la folie des hommes, sur une planète à feu et à sang.

Il nous faut regarder la vérité en face, et constater qu’il ne se passe pas un jour, une heure, une minute, sans que le sang humain, ne coule, sous les bombes, sous les explosifs, sous les balles, sous les tortures.

 

Et chaque fois nous retrouvons les mêmes causes et les mêmes effets.

·       La guerre enrichie ceux qui ne la font pas.

·       La guerre tue ceux qui la font.

·       La guerre tue des militaires.

·       La guerre tue des civils.

·       La guerre tue, essentiellement ceux qui ne l’ont pas voulue.

·       Et partout dans le monde des hommes, des femmes, en pleine possession de leurs moyens, des enfants, des vieillards, sont les victimes d’intérêts et d’idéologies qui les dépassent.

Sur mon blog le 15 juin 2016 j’avais écrit :

« Je lisais un jour dans le journal Politis qu'aucun déploiement policier n'empêcherait des attentats terroristes, où que ce soit ».

Sur Lors de la commémoration du 8 mai 2016, je vous ai dit :

Nous, les français, avons cru que les champs de batailles éloignés de notre hexagone, ne nous concernaient pas…

Et fatalement nous avons été atteints.

Lors de mon discours au 14 juillet 2016, je vous ai dit :

Ne serions-nous pas déjà, dans une phase, où les événements pourraient basculer vers le meilleur, ou vers le pire ?

Le soir même vous savez ce qui s’est passé à Nice.

 

Certains de nos amis villarois nous avaient trouvé trop alarmistes.

Les évènements prouvent que non, nous n’étions pas trop alarmistes.

Alors, aujourd’hui :

Devant les catastrophes sanglantes qui sévissent dans le monde entier,

Devant ce qui s’est passé chez nous en Europe, à Charlie Hebdo, à Bruxelles, au Bataclan, à Nice…

° Je vous demande d’avoir, tous les jours, des pensées profondes pour toutes les victimes des guerres, toutes les victimes des terrorismes, qu’ils soient le fait des Etats, ou des groupes religieux fanatisés.

     Ne nous divisons pas en rejetant des groupes sociaux, qui eux aussi sont victimes des   toutes les barbaries et bien sûr de la barbarie du terrorisme.

    Unissons-nous dans ces moments difficiles, ne tombons pas durant ces 3 jours de deuil national, dans les polémiques politiques.

   Unissons-nous autour de ces familles éplorées qui ont perdu leurs êtres chers.

 

° Je vous demande une minute de silence, pour toutes les victimes d’un système qui fait primer la force, sur le dialogue, la négociation, la concorde, l’amour…

° Je vous demanderais ensuite de bien vouloir sortir afin que nous puissions mettre en place la messe, en ce lieu que Monseigneur l’Evêque de Nice a reconnu comme étant consacré.

Merci à tous ceux qui ont pu se libérer pour venir soutenir les familles en deuil.

En leur honneur, je vous demande une minute de silence et nous chanterons ensuite la Marseillaise.

Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 05:16
Malaussène, le 06 07 2016. Réunion avec Madame la Sous-préfète concernant l’implantation de Primagaz.
Texte préparatoire à l'Intervention d'Edgar Malausséna, Maire de Villars-sur-Var.
 
Madame la Sous-préfète bonsoir,
Nous sommes dans un département qui dispose de plusieurs plans qui entrainent un certain nombre de préconisations.
Nous retiendrons, le « plan des déplacements », les « plans climats ».
 
Le « plan des déplacements » précise qu’il s’agit de trouver de nouveaux modes de déplacements qui permettent de diminuer le nombre de véhicules sur les routes.
Dans le cadre de la transition énergétique, il est préconisé aussi de mettre en service des véhicules à faible émission ou émission nulle de CO2 ou de ses précurseurs.
Cette préconisation rejoint en tous points le plan climat départemental et le plan climat régional qui souhaitent éviter au maximum l’émission, en particulier, de CO2.
Ainsi, ces moindre déplacements, doux si possible, permettent de réduire :
1° Les émissions de particules.
2° Les émissions de C02.
2° Les émissions de précurseurs de l’ozone.
 
Or en zone de campagne et de montagne, les véhicules à moteurs thermiques agissent directement sur la photosynthèse des plantes et arbres.
On sait que la rencontre de ces précurseurs avec la photosynthèse entraine une énorme augmentation de l’ozone.
L’ozone est la cause de maladies respiratoires graves et des allergies.
 
Nous, ici, nous souhaitons suivre ces préconisations afin que nos enfants ne subissent pas le sort des 46 000 personnes qui chaque année en France, meurent de la pollution.
 
Première conclusion.
Le projet de rajouter 40 rotations par jours est donc un facteur aggravant, non seulement pour le trafic international de la RD 6202, mais aussi de la propension à rendre malade nos concitoyens dans les zones à forte photosynthèse des plantes.
Ce projet va donc a contrario de ces dispositifs.
 
Concernant notre intercommunalité et notre Pays Vallée d’Azur Mercantour.
Si nous avons décidé à 34 communes de nous réunir dans la seule intercommunalité rurale du département, ce n’est pas pour retrouver sur notre territoire intercommunal le même développement que dans les villes ou dans la métropole.
 
Dans notre charte de développement durable, il n’y a aucune mention de développement industriel.
Aucune !
Nous avons prévu un développement et une protection :
° De l’artisanat et du commerce.
° De l’agriculture bio et de qualité.
° Du tourisme doux ou de l’agritourisme.
° De nos rivières sauvages.
° De la mise en valeur de nos réserves naturelles.
° Des zones de Natura 2000.
 
Sur les zones Malaussène/Massoins/Villars/Touët, et même Puget-Théniers nous avançons progressivement vers des pôles agricoles de qualité, y compris dans le cadre de la « permaculture ».
Le nombre de paysans bio, de producteurs de plans bio, d’éleveurs augmente régulièrement, dans cette zone., depuis quelques années…
Le Foyer Rural Cepage à Puget-Théniers forme 11 personnes au métier de jardiniers.
 
Madame, la Sous-préfète,
Nous connaissons les projets dormants de la Grande Liaison Autouroutière, sous forme d’autoroute, qui concerne notre vallée, qui a pour but l’élargissement des zones d’influence de la métropole à sa périphérie.
 
Et de cela, Madame la Sous-préfète, personne n’en veut.
Ni les élus locaux, ni la population.
 
Je vous remercie d’avoir bien voulu m’écouter.
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 14:17

Une dégradation continue des services publics de la seule intercommunalité rurale des Alpes-Maritimes.

Si l'on se penche sur les évolutions récentes de notre intercommunalité, on se rend compte d'une dégradation progressive et continue des conditions de survie de l'identité rurale de l'intercommunalité Alpes d'Azur.

Si nous prenons l'exemple de la gendarmerie :
Fermeture de la gendarmerie de Villars-sur-Var.
Perte de 3 gendarmes à la gendarmerie de Roquesteron.
Si nous prenons l'exemple de la poste.
Dès novembre 2016, le bureau de poste de Villars est fermée et c'est la municipalité qui est obligée de créer l'Agence Postale. Et il nous est indiqué que tous les bureaux de poste ruraux vont fermer. Seront touchés tous les bureaux du haut pays de notre intercommunalité.
Si nous prenons l'exemple des gares de Villars, Touët, Puget-Théniers.
La fin des subventions à Puget, les exigences de rentabilité par la Région à Villars et Touët alors que les communes avaient investies massivement dans l'entretien des bâtiments, ont créé des difficultés telles que ces deux gares connaissent une vie chaotique, qui peut-être pourrait prendre fin positivement (voeux pieux ?).
Et maintenant l'arrivée d'un projet industriel en plein milieu de notre pôle agricole Malaussène/Villars.
Lors de la dernière campagne électorale cantonale où j'étais candidat, j'avais annoncé que notre territoire, situé dans l'immédiat de la Métropole et de l'Opération d'Intérêt National de la plaine du Var, serait le premier impacté et deviendrait une sorte de voie de sortie et d'arrière cour.
 
C'est fait nous devenons l'arrière cour de l'espace urbain.
Voici que primagaz soutenu par les instances préfectorales, prenant prétexte que le Plan d'Occupation des Sols n'est plus en vigueur à Malaussène, veut imposer :
Une cuve de 49 tonnes de gaz, avec 40 rotations de camions par jour, au quartier Lablée à Malaussène, à la lisière des communes de Villars et Massoins, et à quelques centaines de mètres d'exploitations agricoles à dominance bio, et à quelques deux kilomètre de l'écosite en construction de Villars-sur-Var au Domaine de la Source.
 
On s'assoit allègrement sur :
Le plan départemental des déplacements.
La qualité de l'air.
L'étude intercommunale de l'urbanisation  de notre territoire.
Et on ne tient pas compte du fait que l'intercommunalité doit d'abord élaborer un Schema de Cohérence Territoriale (SCOT).
 
La population et les Maires concernés réagissent déjà négativement.
Affaire à suive...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

Published by Edgar MALAUSSENA - dans POLITIQUE DÉPARTEMENT 06
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 03:39

Je lisais un jour dans le journal Politis qu'aucun déploiement policier n'empêcherait des attentats terroristes, où que ce soit.

Le massacre d'Orlando en est la preuve, dans un pays où chacun peut acquérir des armes de guerre...et s'en servir.
Cette épouvantable affaire, n'est malheureusement qu'un épisode sanglant, parmi des centaines d'autres qui se déroulent dans le monde, en particulier dans les pays d'obédience musulmane, où ce sont des populations musulmanes qui sont massacrées au nom d'une conception de leur religion qui leur est étrangère.
Mais voilà, quand cela se passe en Occident, l'émotion est bien plus grande, car nous nous estimons plus civilisés qu'ailleurs, oubliant par exemple que c'est aux Etats-Unis que sont commis, au monde, le plus grand nombre de crimes à la minute, ou faisant mine de ne pas savoir que dans certains pays latinos américains on massacre les enfants à coups de batons en place publique et on brûle vivant des petits voleurs à la tire, après leur avoir coupé les mains...
Cela sert beaucoup de monde, malheureusement.
On oublie aussi, que ces grands massacres sont réguliers aux Etats-Unis, et que la revendication religieuse extrémiste est récente. En effet les nouveaux meurtriers qui sont, la plupart du temps des délinquants, trouvent dans la religion un "prétexte" à leur acte.
Et cela sert tout le monde.
Cela sert aux adeptes de la violence religieuse, et cela sert aussi ceux qui trouvent là, une raison supplémentaire anti arabe et anti islam.
Non la construction des USA ne fut pas une long fleuve tranquille.
Depuis quelques temps fleurissent des textes qui prétendent que les émigrants de toutes origines se sont intégrées sans heurts et sans violence aux USA, alors que ceux qui sont d'origine arabe ou musulmane en seraient incapables.
La violence est intrinsèque à la société américaine.
Là aussi, nous constatons une falsification de l'histoire des Etats-Unis, car les émigrants européens se sont imposés par la violence en faisant disparaître des centaines de milliers de milliers de membres des populations d'origine.
C'est par une guerre civile "guerre de cessession" que ce pays s'est construit.
Qui peut oublier les massacres perpétrés par la mafia italienne sous l'égide du trop fameux Al Capone ?
Qui peut oublier, la violence irlandaise en rapport avec l'IRA ?
Qui peut oublier les fameux attentats anarchistes, qui ont permis de condamner à morts des émigrants italiens innocents : Sacco et Vanzetti.
Qui peut oublier que les plus grandes fortunes étasuniennes se sont construites avec des "pionniers" pilleurs de banques et de diligences... ?
Tous ces groupes sociaux, n'étaient pas musulmans ou d'origine arabe, bien au contraire, et la religion chrétienne a joué et joue encore un grand rôle dans ce pays, "gendarme du monde".
Les Présidents des Etats-Unis jurent fidélité à la constitution...sur la bible.
Les musulmans ne forment pas une communauté unie.
Les musulmans des Etats-Unis comme partout ailleurs dans le monde, ne sont pas homogènes, ne sont pas tous calibrés sur la même conception de la religion.
La plupart d'entre eux sont des victimes, comme le furent les victimes de l'inquisition chez nous, voici pas si longtemps que cela.
L'important ?
L'important est de ne plus intervenir à tort et à travers militairement  et sans solutions politiques dans des pays où nos pratiques "démocratiques" ne sont pas établies.
L'important est de soutenir dans ces pays le camps des démocrates et des modérés.
L'important est de ne pas humilier des peuples entiers, comme par exemple les palestiniens, car cela donne prétexte à une lutte de "libération" contre l'occident, alors que la libération devrait être un "produit intérieur".
Hélas....
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 

 

 

 

 

Published by Edgar MALAUSSENA - dans SOLIDARITÉ INTERNATIONALE
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 02:11

Nous avons été un certain nombre à avoir suivi le reportage sur le chef indien Géronimo.

Cet homme à qui on avait tout pris, sa famille, son peuple, sa terre, ses ancêtres, sa spiritualité, fut un chef de guerre sans pitié, parait-il ?
 
Les colons, les envahisseurs, avait le poids du nombre, de l'organisation militaire, et étaient porteurs de "civilisation", civilisation de cet Occident qui a longtemps cru, qu'il était le seul a être cultivé et porteur de valeurs universelles. Et tant pis, si ces valeurs devaient être portées par les armes, au prix de guerres sans merci et de génocides.
 
Tous les peuples qui n'ont pas accepté ces valeurs, ont combattu les armes à la main, dans des conditions et des rapports de forces tellement disproportionnés que l'ont se demande quelquefois comment ils ont pu tenir si longtemps ?
 
Mais les puissants, les plus développés militairement et politiquement ont toujours utilisé les mêmes pratiques, les mêmes mots, les mêmes termes pour transformer les révoltés en  "Terroristes".
 
Ainsi, Vercingétorix, Jeanne d'Arc, Robespierre, Mandela, Castro, Tito, Moulin, Arafat, De Gaule, Géronimo,  et tant d'autres furent traités de "terroristes" tout simplement parce qu'ils avaient refusé les armes à la main, que leur territoire agressé fut envahi. Bien sûr, ce fut jamais exempt de massacres et d'horreurs, mais ce dont j'ai toujours eu horreur, moi, c'est cette propension à considérer l'agressé comme étant l'agresseur. Ou, au mieux, de les renvoyer dos à dos.
 
Et je trouve terrible, que des journalistes instruits, continuent à utiliser ce terme à tout bout de champ, employant le même qualificatif : "terroristes", pour des "résistants" et des "fanatiques religieux".
 
Géronimo, fut un "résistant", comme le furent la plupart des membres de ma famille durant la deuxième guerre mondiale. Bien sûr, Géronimo employa souvent les mêmes pratiques que ceux qu'il combattait, mais au bout de 3 siècles de résistance indienne, et 200 millions de morts des peuples d'origine, sur l'ensemble du continent américain, c'était sans acun doute : la fureur du désespoir.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

Published by Edgar MALAUSSENA - dans SOLIDARITÉ INTERNATIONALE
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 02:43

Bonjour Monsieur le Député (x),

Je pense que vous avez raison de dire qu'il faut suspendre la négociation actuelle sur le TTIP  (TAFTA) et demander des règles commerciales équilibrées, connues et respectées par tous.

En effet, en ce moment notre agriculture intensive montre ses limites, et  le bio, qui devrait obtenir plus de soutien administratif et financier, en est l'une des réponses.

En ce moment, dans notre vallée du moyen Var, face à la disparition progressive de l'agriculture dans la plaine du Var, on constate une explosion d'installations agricoles, bio, avec constitution de réseaux, de points de ventes, avec formations agricoles au CEPAGE, avec des initiative du GEDAR, et cela marche...

 

Concernant notre intercommunalité.

Il serait donc important que notre intercommunalité ne se contente pas suivre d'un œil favorable ces évolutions, mais s'engage dans le cadre des commissions économique et environnement dans une politique active "d'écodéveloppement" en créant de manière officielle des pôle, des écosites, capables de mixer des activités différentes, relevant de l'économie circulaire.


La monnaie locale en devrait être le support et si nous avons délibéré, il nous faut encore passer bien des obstacles.


Ainsi, même localement ce n'est surtout pas le moment de plonger notre agriculture dans la jungle dérégulée du Traité Transatlantique, avec déferlement de produits américains qui eux sont libérés de toutes contraintes environnementales et économiques.

 

Sincèrement.

Edgar Malausséna.

Maire de Villars-sur-Var

Président de la commission environnement de l'intercommunalité.

 

(x) M. Charles Ange Ginésy.

 

Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 05:23

Mesdames, Messieurs, chers Chers amis villaroises et villarois, bonjour,

Nous voici encore une fois réunis, pas seulement pour célébrer la fin de la deuxième guerre mondiale, mais comme chaque année pour réfléchir ensemble sur le monde tel qu’il est issu de cet immense massacre que fut ce conflit planétaire.

Ici, à Villars, nous n’avons jamais célébré la guerre, et son cortège de massacres et d’horreurs, mais bien au contraire, nous avons fêté :

 

La paix et la liberté retrouvées,

La libération des camps de concentration,

Le retour des prisonniers,

Le gouvernement issu du Conseil National de la Résistance

La reconquête de notre souveraineté nationale,

Le juste châtiment des collaborateurs français de la gestapo,

La reconstruction de notre pays.

          Les nationalisations qui firent de notre pays, l’un des plus puissants de la planète.

          Les lois sociales qui enfin protégeaient le monde du travail.

 

A cette époque, il semblait que les hommes et les femmes de notre pays, avaient tiré un trait sur les idéologies nazies et fascistes qui avaient entraîné ce désastre mondial.

 

Presque plus personne n’osait se prononcer en faveur de la ségrégation entre des peuples de confessions religieuses différentes, après le massacre organisé des juifs.

 

Presque plus personne n’osait plus parler de races inférieures, après les persécutions épouvantables contre les Tziganes, les Roms, et toutes les minorités ethniques,

 

Presque plus personne n’osait contester le droit à résister à l’oppression, car la résistance avait fait la preuve que c’était le seul chemin à prendre pour rétablir la démocratie, face à la barbarie.

 

Et ce sont ces sentiments, puissants, qui avaient permis de construire une nouvelle France, qui au-delà des appartenances politiques de chacun, donnait de l’élan à notre sentiment d’appartenance à une Nation ouverte, solidaire, confiante dans les droits de l’homme et en particulier dans le respect des minorités qui avaient tant souffert.

 

Mais cela ne pouvait suffire, car comme le disait Bertolt Brecht : le « ventre immonde de la bête » (il parlait du nazisme), pouvait enfanter encore bien des retours en arrière, au nom de la peur des autres, au nom de la liberté du plus fort, au nom du droit à la réussite par rapport à ceux qui échouent, au nom des droit souverains des grands possédants …

 

Et le monde rapidement s’est de nouveau divisé en deux camps :

Ceux qui voulaient la paix.

Ceux pour qui la guerre était un moyen comme les autres de régler les différends entre les peuples et entre les classes sociales, entre les ethnies différentes.

 

Nous, qui avons tant cru qu’après deux guerres mondiales, la guerre serait bannie à jamais, nous nous sommes trompés.

 

Pas un jour de paix, dans le monde depuis la fin de la 2ème guerre mondiale.

Pas un jour sans massacres, que ce soit en Argentine, en Indonésie, en Palestine, en Algérie, en Grèce, dans les Balkans, au Rwanda, au Yémen, en Syrie…

 

Nous, les français, avons cru que les champs de batailles éloignés de notre hexagone, ne nous concernaient pas.

Notre développement économique, la progression du confort pour une large partie de la population, nous a fait oublier que le monde continuait à se battre avec des armes de plus en plus redoutables.

 

Et fatalement nous avons été atteints.

Bien sûr, nous ne sommes pas bombardés, des villes entières ne disparaissent pas sous leurs décombres, nous n’en sommes pas au temps où des centaines de milliers de français fuyaient le nord de la France pour se réfugier dans le Sud…

 

Mais nous avons engendré dans nos propres sociétés des inégalités, des éléments de frustrations, des fantasmes qui sont des dangers réels pour notre démocratie.

 

Et pour autant, faut-il se résigner, faut-il pour autant désespérer en le pouvoir de la paix et de la démocratie ?

 

Nous devons conserver les leçons du 8 mai et de l’espérance dans les hommes de bonne volonté qui ont abouti à la création de l’ONU.

 

Au lieu de nous replier sur nous même, au lieu de penser « guerre », ne devons nous pas nous rassembler, au-delà de nos croyances, au-delà de nos appartenances :

  • Pour faire vivre notre laïcité accueillante ?
  • Pour redonner du souffle à notre démocratie qui s’étouffe sous les affaires et qui croule sous l’argent mal gagné ou trop vite gagné ?

 

Je voudrais vous lire un message d’espoir, venant de quelqu’un qui ne nous a pas habitués à ce genre de discours :

 

« Osons dire qu’il y a aussi une belle humanité qui vaut que l’on se batte sans relâche pour elle : une humanité souvent invisible et silencieuse mais qui incarne la solidarité ordinaire et génère dans l’ombre le printemps et le changement.

Osons dire que l’humanité qui spolie, qui bafoue, qui méprise et qui pille n’est pas un échantillon représentatif de la patte humaine. Elle en est la partie la plus visible, sans scrupules, le camp des pilleurs et des cyniques. Méprisons-la et misons sur l’autre face de la médaille humaine.

Au nom de tous ceux qui, aujourd’hui, agissent comme ils l’ont fait hier et le feront demain, pour le bien être de tous, nous ne devons jamais nous soustraire à l’espérance, ni céder à la tentation de la misanthropie.

Il y a des Mandela et des Pasteur en nombre que la multitude ignore. A cette forêt qui pousse sans qu’on la voie ni l’entende, donnons de l’espace et de la lumière… ».

Il s’agit de Nicolas Hulot dans son petit livre « Osons » que m’a fait connaître mon fils.

 

Alors, afin que nos héros de la Résistance,

Alors, afin que tous les soldats français,

Alors, afin que tous les soldats des ex-colonies françaises,

Alors, afin que tous les militaires volontaires et de carrières du monde entier :

Ne soient pas morts en vains,

 

Alors, battons-nous pour des lendemains nouveaux, où les droits des hommes et de la planète seront respectés, et où l’hydre de la guerre s’éloignera à jamais.

C’est la plus belle fidélité que nous devons à tous nos morts.

 

Chers amis villaroises et villarois, nous allons comme d’habitude, appeler nos morts, faire une minute de silence, chanter notre hymne national.

Merci à toutes et à tous.

Edgar Malausséna. Maire de Villars-sur-Var.

 

 

Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article