Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 06:44

La planète est malade de son agriculture.

 

Le journal "Alternative bien être" est une mine d'or concernant les problèmes de l'environnent et corrélativement de notre santé.

Un article dans son dernier numéro est consacré aux pesticides.

Il n'est pas question ici de reproduire cet article, mais de résumer en quelques lignes, les problèmes de santé provoqués par les pesticides que nos campagnes répandent depuis des décennies sur les sols et les plantes.

 

Les pesticides et la guerre 1914/1918.

 

Il est important de rappeler que les pesticides ont été inventés durant la première guerre mondiale.

Il faut bien insister sur le fait que le but était de tuer le maximum de combattants, grâce au gaz "moutarde". Ce gaz s'est révélé être un excellent insecticide et c'est ainsi que fut inventé le DDT, et ses dérivés.

1° Les pesticides favorisent le cancer. Plus de 250 études incriminent clairement les deux tiers des pesticides.

2° La maladie de parkinson. Si en France le désherbant "rotémone" est interdit depuis 2011. Le "paraquat" est maintenant interdit en Europe. Ces molécules "naturelles" provoquent la maladie. Par contre ces deux produits sont utilisés massivement partout dans le monde.

3° L'asthme. Une étude californienne montre que les enfants exposés aux pesticides durant leur première année de vie ont deux fois plus de malchance d'avoir de l'asthme avant 5 ans.

4° Le développement mental et l'apprentissage. Une étude newyorkaise montre que la pulvérisation du "pérethroïde" entraîne une augmentation de 25% d'enfants autistes ou souffrant de graves troubles mentaux.

5° La fertilité. En France des études ont porté sur 155 hommes provenant de zones où les pesticides sont utilisés massivement et où ceux-ci consommes les fruits sous influence des insecticides.. Le résultat est sans appel, dans ces zones ces personnes voient leur quantité de spermatozoïdes baisser de 49% et une augmentation de 12 % spermatozoïdes malformés.

6° Le diabète. Les agriculteurs qui épandent plus de 100 jours par an les "organo chlorés", ont 50% et 100% plus de malchance d'être diabétiques. 

 

Nous en tirons la conclusion que l'agriculture bio, ne doit pas être une mode, mais une nécessité urgente. Mais voilà, les intérêts des grandes firmes mondiales, passent très souvent avant notre santé et notre devenir.
 

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Société et Environnement
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 04:24

Le grand tournant et le grand hasard.

De nouveaux signes (dus au hasard) viennent de s'installer dans notre paysage politique français. Ce sont les conséquences politiques de l'affaire Fillon.

Au delà de l'affaire judiciaire, on voit apparaître la possibilité que la droite dite classique ne soit pas présente au deuxième tour de la Présidentielle.

 

Rappelons nous que l'UMP avait été créée pour 3 raisons :

1° Créer un parti unique des droites de gouvernement.

2° Faire gagner le "chef" de ce parti unique aux présidentielles.

3° Faire reculer le Front National qui de fréquentable en certaines élections, devenait trop dangereux, car capable de dépasser les droites si celles-ci ne se réunissaient pas dans un seul Parti.

 

L'intrusion de l'affaire Fillon, ouvre de nouvelles perspectives :

1° Il semblerait que les héritiers de l'UMP, les Républicains, vivent leurs derniers moments d'unité. Le rêve d'un système bipartite à l'Américaine, semble s'éloigner dans le cas, où le candidat républicain Fillon serait troisième ou quatrième au premier tour de cette présidentielle.

2° En effet, les durs des durs des Républicains, pourraient alors avoir les mains libres pour créer un parti, complètement coupé des racines gaullistes et qui pourrait faire la jonction avec le FN, ou en tous les cas, passer des accords avec ce parti qui bien qu'en position ascendante, n'a pas de partenaires de deuxième tour, dans les différentes élections.

 

Conclusion. La recomposition politiques qui se déroulent sous nos yeux, sonne peut-être le glas de l'alternance fondée sur le bipartisme de gouvernement, aussi bien dans la sphère des droites, que dans celle de la gauche socialiste et/ou sociale démocrate. Corrélativement on assiste à la naissance incertaine d'un mouvement qui prend ses racines dans l'histoire révolutionnaire ouvrière, mais qui s'est emparé de l'écologie. Si l'on y rajoute la polarisation sur un centre qui se veut ni de droite, ni de gauche, la décomposition/recomposition se joue bien sous nos yeux...

A suivre donc...

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 06:43

Certains s'étonneront peut-être ? Depuis des années et des années, j'utilise les termes "décomposition" "recomposition".

J'avance ces termes, car c'est sous nos yeux (quelquefois fermés) que se déroulent lentement et de plus en plus vite ces deux phénomènes.

Quelques exemples ?

Les droites, se partagèrent longtemps, entre des droites bonapartistes, orléanistes, gaullistes...avec à leur marge, des extrêmes droites, toujours actives, mais jamais en mesure (sauf sous la période Pétain), de dominer le paysage politique.

Or, on assiste à une montée continue de ce courant (pourquoi l'appelle-t-on populiste ?) qui dépasse maintenant en intention de vote les droites classiques.

Nous nous situons bien dans le champ d'une décomposition des forces de droites traditionnelles et une recomposition avec une droite dure, qui se veut nationale, patriote (Pétain et ses amis doivent se retourner d'aise dans leurs tombes respectives).

 

Les gauches, là aussi, longtemps le mouvement ouvrier fut partagé entre plusieurs courants, schématiquement entre des courants "révolutionnaires" et des courants "réformistes".

Mais le PCF, privé de référence concrète du bonheur sur terre (URSS) n'est plus que l'hombre de lui même, et est devenu un parti "local" quand c'est encore possible. Cette décomposition a tout simplement précédé celle du Parti Socialiste, qui en arrive à quitter progressivement le bateau de son candidat désigné par une primaire, qui, comme on s'y attendait, est en train de faire éclater le PS.

Et dans les deux cas (PCF et PS) on voit émerger de manières différentes, mais concomitantes, des recompositions avec Mélenchon et Hamon. Le premier étant presque libre du côté de son allié hésitant (le PCF), le second englué dans un parti (le PS) qui majoritairement ne se reconnaît pas en lui.

Les présidentielles ne semblent pas être le bon moment pour la rencontre hâtive de ces deux forces qui représentent pour l'instant, additionnées, 25% de l'électorat. Mais il n'est pas impossible qu'elles puissent renouer le contact après cette période électorale où les deux hommes jouent l'hégémonie de la recomposition.

 

Le centre, nous assistons à la "énième" tentative de le recomposer, avec E. Macron.

E. Macron entre dans ce phénomène de décomposition/recomposition. Il rallie des centristes, des réformistes tout autant venus des droites que du PS et des...écologistes, en fait de tous ceux qui sont favorables à une Europe libérale et capitaliste, dans un espace qui est la mondialisation. Ce centre, ne se veut ni de droite ni de gauche, parce qu'il crée un partage entre ceux qui sont les victimes réelles de la mondialisation et ceux qui en bénéficient ou qui pensent qu'ils vont en bénéficier. C'est la victoire posthume de Jacques Delors et aussi de François Hollande.

 

Les écologistes et la tentative de marier "la carpe et le lapin" pour être le centre de la recomposition politique sur la base de l'écologie politique.

Les Verts, puis Europe Ecologie ont tenté de réussir ce que fait Macron, à savoir être le centre de la recomposition, sur un nouveau paradigme "l'écologie politique". Le ralliement en rase campagne de Jadot à Hamon, en mécontentant une partie de sa base (ce qui est une habitude chez les Verts/EE) a sonné le glas de cette tentative qui se voulait "centrale" plutôt que "centriste". L'écologie est entrée en force chez Mélenchon et chez Hamon, et il semblerait qu'il ne reste plus qu'à négocier des circonscriptions avec Hamon, négociations qui ne seront sans doute pas entérinées par les "pontes" du PS.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Politique
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 18:03

Imaginons que l'on arrive d'une autre planète et que l'on observe d'un œil neuf ce qui se passe dans notre pays.

L'observateur innocent, se demanderait pourquoi tant de personnes briguent un mandat qui fait d'un homme, un roi pour 5 ans.

En effet, lorsque l'on voit comment terminent nos présidents de la Vème République, on peut se demander si ce poste n'est pas le plus instable des mandats politiques de notre pays.

 

N'y aurait-il pas comme une malédiction politique sur ce poste ?

° De Gaulle a démissionné, désavoué par le peuple français dans un référendum 

° Pompidou n'a pas fini son mandat pour cause de maladie,

° Giscard s'est fait éliminé,  par Mitterand, trahi par un des siens (Chirac)

° Mitterand a été réélu, mais sans majorité au parlement,

° Chirac a été élu contre un des siens (Balladur) et il n'a été réélu que par des droites, des centres, des gauches, des écologistes coalisés contre le FN, Pas très glorieux, non ?

° Chirac a ensuite préféré rentrer à la maison, car les sondages montraient que seulement 2 % souhaitaient qu'il se représente.

° Sarkozy après un mandat agité s'est fait sortir par Hollande,

° Hollande est rentré à la maison en laissant son parti en ruine.

 

En fait, ce ne sont  pas les présidents élus qui sont en cause.

Ce qui est en cause, c'est le fait que les français sont appelé à voter un "homme providentiel", capable de se passer des députés et des sénateurs quand ça lui chante, capable de déclencher une guerre (Syrie...), sans l'aval du parlement...

Les français peuvent voter une majorité et voir le Président par l'intermédiaire de son premier ministre imposer ses vues, grâce à un  "49/3", et si passer par le parlement peut faire perdre un peu du temps, le Président peut gouverner par "ordonnances".

 

Pauvres français et pauvre république.

Les français votent le plus fortement à la Présidentielle, car ils semblent aimer avoir des "chefs", et le phénomène Le Pen, entre dans ce dispositif mental. L'important est de s'identifier au chef et de le charger de toutes les qualités et après de tous les maux...

Quand ils ont voté, la grande majorité de nos concitoyens, rentre à la maison, et ne fait pas de politique. Nos concitoyens (?) se trouvent désemparés lorsque les décisions qui leur tombent sur la tête ne sont pas conformes à leurs attentes.

Par exemple, si les français s'intéressaient un peu plus à la politique, ils auraient pu suivre le parcours politique "centriste" de F. Hollande au PS, et voir que ses propositions étaient dans la continuité des politiques "libérales" européenne...mais voilà, on voulait se débarrasser du "chef" qui avait failli, à savoir Nicolas Sarkozy.

Et la malédiction continue, la roue tourne à vide dans une république devenue une monarchie élective, et où une majorité du peuple délègue ses pouvoirs et attend que les hommes politiques fassent le boulot...à sa place...

Vivement une république "participative" et non plus "délégative".

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Politique
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 10:01

Pétition - Animaux

Signez la pétition

Déjà 35.211 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Pétition : Stop aux braconnage des rhinocéros

Auteur : Junior Association Natural Animals

Créé le 14/02/2017 

À l'attention : de Jacob Zuma, Président de la République d'Afrique, d'Edna Molewa, Ministre de l’Environnement, de Nomvule Mokonyane, Ministre de l'eau

Rien ne semble arrêter la cruauté des braconniers, pas même la présence de zones protégées ou le déploiement d’équipes de surveillances destinées à protéger la faune de la région. En Afrique du Sud, ce sont plus de 1000 rhinocéros qui sont abattus chaque année, victimes du braconnage.

Une vidéo choquante enregistrée le 28 février 2014 par un touriste belge présente une vision cauchemardesque d’un rhinocéros écorné, dans le parc national Kruger, l’une des plus grandes réserves animalières au monde. Le pauvre animal horriblement mutilé titube le long de la route avant d’aller se cacher, pour mourir.

Vidéo : Un rhinocéros atrocement mutilé au parc national Kruger, en Afrique du Sud

Attention certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.

 


 


Les visiteurs du parc et leur guide, témoins de cette horrible scène, ont signalé au parc le cas de ce rhinocéros. L’animal a été retrouvé encore vivant 4 jours plus tard. Blessé d’une balle dans la tête, il a dû être abattu par les gardiens du parc pour abréger ses souffrances.

Cet horrible massacre qui sévit en Afrique du Sud est motivé par le commerce de corne de rhinocéros, alimenté par les amateurs de médecine chinoise. Certaines croyances attribuent en effet à la corne de rhinocéros des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques. La poudre obtenue après broyage de cette corne se vend très chère dans certains pays d’Asie, même s’il s’agit principalement de kératine, un composant que l’on retrouve dans les cheveux et les ongles.

L'Afrique du Sud abrite près de 80% de la population mondiale de rhinocéros. De ce fait, il convient de renforcer les mesures de protections avant qu’il ne soit trop tard. Par la présente pétition, nous demandons aux autorités du pays et aux responsables des zones protégées, de mettre en place des mesures drastiques pour limiter le braconnage.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Société et Environnement
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 05:24

 

On doit reconnaître à Hamon une dose de courage.

Bien sûr, mais derrière cela, il ne faut pas non plus tomber dans la naïveté. Hamon est un homme d'appareil. Il est monté grâce à celui-ci, comme d'ailleurs cela se passe dans tous les partis.

Hamon savait parfaitement que si il gagnait la primaire, il aurait affaire à un parti, à des députés majoritaire qui ne sont pas sur sa ligne politique qui est celle de la social démocratie de gauche, en France.

Les rencontres avec F. Hollande et avec B. Cazeneuve, montrent que son parti n'a pas changé. Et si Benoit Hamon veut le soutien indéfectible de son parti, il devrait dire du bien, sur ce qu'il a décrié sous le mandat de F. Hollande.

 

Pour s'en sortir ? Dès sa victoire à la primaire Hamon a tendu la main à Mélenchon et à Jadot, sans pour autant lâcher son parti, parti qui est aux antipodes de Mélenchon et de Jadot.

Cette approche, où Hamon se situe au "centre des gauches", risque vite de devenir intenable, car comment faire cohabiter ensemble, la droite du PS avec la gaude radicale et les écologistes de Jadot ?

 

Faire du Hollande, sans Hollande ?

On dirait que Hamon, veut rééditer la pratique de F. Hollande, à savoir mettre ensemble des personnalités politiques qui n'ont pratiquement aucun point commun entre elles.

On a vu, ce que cette option a donné sous le quinquennat de F. Hollande : la pagaille la plus noire.

Et puis, comment Hamon compte-t-il monter une majorité à l'Assemblée Nationale, alors que le PS a déjà investi ses candidats, et qu'ils sont ultra majoritairement acquis à la politique Hollande/Valls ?

Espère-t-il que les élus "non frondeurs" pendant 5 ans, se rangeront sur ses options politiques passées et actuelles ?

 

On attend avec impatience de voir comment le stratège Hamon va sortir du piège dans lequel il s'est fourré.

 

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Politique
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 05:30

À signer :

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

Les forêts françaises et du monde sont grand en danger ! Le géant de l’énergie E.On veut mettre en service une centrale à biomasse à Gardanne en Provence. Le monstre industriel, actuellement en phase expérimentale, dévorerait près 850 000 tonnes de bois par an, en provenance des forêts du sud de la France, mais aussi des Amériques, d’Afrique et d’Europe de l’est.…

Avec un rendement énergétique aux alentours de 37%, la méga-centrale d’E.On brûlerait deux-tiers des arbres tout simplement pour rien, sauf à chauffer le ciel et à polluer la région alentour !

De façon incompréhensible, ce projet aberrant rapportera à E.On 1,4 milliard d’euros de subventions publiques au cours des 20 prochaines années.

Mobilisons-nous pour empêcher la mise en œuvre d’une aberration écologique et son financement par l’argent public :

PÉTITION  


En remerciant les signataires de la pétition ainsi qu'à toutes celles et ceux qui  participeront à la manifestation,

Sylvain Harmat
Sauvons la forêt

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Environnement-Energies
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 05:15

 

Voici presque deux ans, comme bien d’autres, je préconisais que le but d’Emmanuel Valls était à terme de faire sortir le PS de sa tradition de gauche et de le transformer en parti « Démocrate » à l’Américaine, si ce n’est en parti « Social-Démocrate » à l’allemande.

Je faisais d’ailleurs remarquer que la droite traditionnelle, de son côté avait déjà transformé l’UMP en « Républicains ».

 

De plus, la mise en place des « primaires » était la décalcomanie du système électoral américain, qui permet toutes les manipulations politiques…on l’a vu quand des gens de gauche sont allés voter aux primaires de la droite, et vice-versa.

 

Nous étions quand même quelques uns à remarquer que le Président Hollande :

1° Envisageait même une cohabitation gauche/droite à l’Allemande.

2° Mettait en place « Macron » qui de son côté parvenait grâce à sa loi, à « assouplir » les conditions de travail, en particulier avec le travail du Dimanche et bien d’autres choses encore, comme la libéralisation des transports de passagers par route…et comme son rôle très important dans la « loi travail »…

 

Valls l’avait dit, Macron le fait. La destruction du PS est en marche.

Nous sommes presque arrivés au bout du processus de destruction du PS qui devrait permettre de parachever le refus du concept de « la lutte des classes », et l’acceptation de « l’indépassabilité du capitalisme », des années 1980/1982.

En effet, Valls et Macron sont les deux faces de cette destruction.

Et le plus intéressant est de voir comment les élus, les proches de Hollande, passent avec armes et bagages chez Macron.

Ce processus de destruction commencé il y presque 30 ans, pourra encore durer quelques temps, mais il ira probablement, avec des variantes, jusqu’à son terme.

 

Si Hamon gagne la primaire, la fuite vers Macron devrait s’accélérer.

Hamon va se trouver dans une campagne électorale avec un PS éclaté, et son seul espoir alors sera de prendre quelques points…à Mélenchon.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Politique
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 06:25

Depuis des décennies, les commentateurs politique, les français en général utilisent en permanence le concept « La gauche » comme si ce terme allait de soi, et ne sachant pas qu’en France en particulier, «La gauche » n’a jamais existé.

 

En effet, depuis les premiers jours de la grande révolution de 1789, se sont affrontées « des gauches » bien différentes, qui avaient comme seul point commun de siéger « à gauche » de l’assemblée.

Dès le début se sont affrontés les tenants de la gauche sociale et plébéienne, la gauche volontariste et progressiste, issue de la bourgeoisie de l’époque, la gauche centriste des compromis qui s’est moulée dans le capitalisme naissant, la gauche centralisatrice et la gauche décentralisatrice.

Ces différences étaient tellement fortes, que ce ne sont pas des royalistes qui ont fait chuter Robespierre, mais bien des républicains…

 

Et ces différences, nous les avons retrouvées durant les révolutions de 1830, 1848, 1860, redoublées par les conflits des « pro » et des « anti » révolution russe, marxistes et non marxistes.

La différence principale entre ces deux grands courants, étant l’acceptation du système capitaliste à améliorer, ou à ne pas accepter et à abattre à plus ou moins long terme.

 

Mais pourquoi donc, parle-t-on de ‘’la gauche" en France, comme si il n’y en avait qu’une qui serait traversée par des différences mineures ?

En grande partie, cela est du aux orientations du PCF, qui tout en voulant se différencier des réformistes socialistes, a été le principal initiateur du « Front Populaire », du "gouvernement Tripartite » à la sortie de la deuxième guerre mondiale, du « Programme commun » de la gauche », ou même de la « gauche plurielle ».

Ces concepts historiques ont consacré l’idée de il y avait une "seule gauche", avec des « courants », comme au PS, par exemple.

 

Or les situations changent.

Les pays européens, et la France en particulier, découvrent « La France Insoumise », « Podemos » en Espagne, Di Linke en Allemagne…comme si après le grand effondrement du bloc soviétique, l’histoire des gauches se réclamant de la tradition révolutionnaire, était terminée et qu'une nouvelle phrase historique était en train de s'ouvrir.

Ce qui est sans doute terminé, c’est la force « propulsive » des partis socialistes et des partis communistes qui pour des raisons diverses n’ont pu, ou su, s’adapter à la mondialisation soit pour s'y conformer franchement, soit en mettant en place des stratégies de combats. Ces gauches là ne semblent plus en mesure de dynamiser des citoyens de manière massive.

 

En France, Macron, représente le courant très ancien de la gauche centriste de 1789, un peu du « marais » qui se fonde sur les évolutions techniques et technologiques pour aménager le système existant, tout en pensant le rendre plus humain, et chose nouvelle depuis cette décennie en n’intégrant pas les notions de l’écologie sociale et politique.

 

En France, Melenchon se rattache à la gauche volontariste de 1789, à la recherche des plébéiens qui ont pour l’instant choisi en grande partie, le Front National. Par contre son programme écologique est pratiquement aussi structuré que celui d’Europe Ecologie.

 

Comme quoi, si l’histoire ne se répète jamais deux fois de la même manière, la filiation à travers notre histoire nous rend plus lisible le présent.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans Politique
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 19:38

Mesdames, Messieurs, chers amis,

 

Il est temps de terminer nos discours, mais il est impossible d’entamer cette nouvelle année, sans faire retour en arrière et mesurer ce qui s’est passé dans le monde en 2016 et les années précédentes.

 

Le premier constat accablant, est celui des guerres qui écrasent les populations civiles, et ce, depuis des années et des années.

Rappelons les bombardements de masse, en Tchétchénie, en Ukraine, à Gaza, au Yémen, en Irak, en Syrie, dans les zones Kurdes de la Turquie…et ce n’est pas fini.

 

Depuis l’invasion de l’Irak, et depuis que dure la guerre Israélo palestinienne, les populations civiles sont dévastées par les bombardements, et maintenant partout, par les pires attentats terroristes.

C’est pourquoi, nous devons rendre hommage, à toutes les victimes, innocentes dans le monde, des guerres, des bombardements, du terrorisme. Et je vous demande, surtout, de ne pas les oublier.

 

Ces pratiques guerrières :

· Qui ajoutent aux humiliations de bien des peuples,

· Qui découlent, aussi mais pas seulement, en occident de la difficulté de nos pays à régler les problèmes sociaux d’une partie de la jeunesse, sans avenir,

nous ont entraîné dans la spirale infernale du terrorisme international qui sévit en :

· France.

· Allemagne.

· Belgique, et partout ailleurs, faisant des centaines de milliers de victimes.

 

Et petit à petit, nos pays européens, sombrent dans une atmosphère de guerre de religions, où des extrémistes tentent de nous engager, à coup de rappel aux « racines », à coup de rappel « aux origines lointaines », dans des affrontements communautaires, ethniques, racistes, et religieux...

 

La réponse française ? Elle doit être le rappel constant à ce qui a fait la beauté de la nation française dans le monde : La laïcité.

· Que nous soyons croyants de toutes confessions,

· Que nous soyons libres penseurs,

· Que nous soyons athées,

Nous devons appliquer en toutes circonstances, la séparation des Eglises et de l’Etat, fondement de la liberté collective et individuelle républicaine.

Et nous devons exiger cela de tous nos concitoyens.

Les religions, ne doivent en aucun cas, régir les règles de nos républiques successives, tout en ayant le droit de défendre des « valeurs ».

 

C’est pourquoi, nous les élus, nous qui exigeons que la vie «publique » soit régie par la laïcité, nous devons permettre l’expression des diversités de pensées et de religions, de nos concitoyens, sans que ceux-ci soient poursuivis publiquement pour leurs croyances.

C’est aussi cela, la complexité de la laïcité.

Alors, à nous de faire vivre, la douce France laïque.

 

Le deuxième point que je souhaite aborder, est bien moins dramatique, bien que très préoccupant :

Depuis trois ans, notre commune subit des coups très importants qui ont failli complètement déstabiliser nos finances municipales. Citons :

· Le procès qui a failli faire fermer nos gîtes.

· La fermeture de l’Auberge de la gare, durant une année.

· La fermeture définitive de la brigade de gendarmerie.

· Les pertes de locations de nombreux locaux et appartements, quelquefois du à des personnes incapables de régler leur loyer, ou en partance.

· Les baisses importantes des subventions et dotations de l’Etat, du Département, de la Région.

Bref, c’est près de 150 000€ qui auraient pu partir en fumée entre 2015 et 2016, alors que les besoins de nos concitoyens sont en augmentation.

 

Je sais, que tu ne le souhaites pas Danièle, mais je vais quand même l’évoquer.

Sans tes compétences, ton acharnement, ton dévouement, en ce moment nous ne serions pas en train de nous réjouir d’avoir remonté la pente.

Tu t’es transformée, en agence immobilière, en publicitaire, en notaire, en scribe…et que sais-je encore ? Et tout cela ne se voit pas.

 

Tu n’as pas fait dépenser un centime de plus que prévu, mais tu as réussi à relouer 9 appartements et un local d’exploitation.

Et tu as, en vue, deux autres locations, plus une nouvelle activité.

 

En cette période, où les incivilités de tous genres se développent sans complexe, où le Maire a été menacé, a été amené à se justifier devant la gendarmerie, où il est traîné en tribunal, tu es à mes côtés, avec les adjoints Meyer et Bianchi et de nombreux élus, y compris ceux que l’on voit peu, parce qu’ils travaillent, mais sont présents au Conseil.

Cela n’a pas été le cas de tout le monde, y compris dans la municipalité.

Et cela, Danièle, Fabrice, Guy, mes amis élus, je ne l’oublierai pas.

Merci, mille fois merci.

 

Pour terminer, vous savez tous que 2017 sera une année importante sur le plan électoral.

Personnellement, je n’ai jamais été enthousiasmé par l’élection présidentielle, qui a transformé notre république en « Monarchie élective temporaire », et où l’on nous fait croire à l’homme providentiel.

Par ailleurs, le Maire s’il a des opinions, ne tient pas à donner des consignes de vote, même si il a le droit de donner sa signature à la Présidentielle, sans rendre de comptes à personne.

 

Le Maire, est le responsable de toute la population villaroise, y compris de celle qui ne l’a pas votée, avec une philosophie constante :

La solidarité.

C’est ainsi que les élus n’incitent pas les villarois qui ont « peu » à se retourner contre « ceux qui n’ont pratiquement rien ».

 

Le seul Conseil public que le Maire peut donner, est un conseil « citoyen ».

· On ne devrait pas voter pour le look, d’une, ou d’un candidat.

· On ne devrait voter pas pour l’attirance ou l’inverse, à l’égard d’une, ou d’un candidat.

· On ne devrait pas voter sous le seul coup de l’émotion, mais aussi de la réflexion avec l’évaluation des conséquences.

 

Pour être citoyen, selon moi, il faut prendre le temps de lire les programmes.

 

Je sais, vous allez me dire que souvent il y a une belle distance entre les promesses et la réalité.

Mais justement, le seul moyen de mesurer la distance entre les promesses et la réalité, c’est de :

· Réfléchir pour déterminer quel est son intérêt.

· Trouver le programme qui correspond le plus à son intérêt et à ses idées.

· Et ensuite voter en « en toute connaissance de cause ».

 

Mesdames et Messieurs venus d’ailleurs, chers amis villarois, responsables dans divers domaines, et chers bénévoles associatifs,

 

Nous ne sommes pas sûrs, du tout, que les puissants nous entendront.

Mais souhaitons que cette année 2017 soit celle :

· De la fin des guerres, et du terrorisme,

· Du plein emploi,

· De la solidarité,

· De la santé pour tous, grâce à notre système médical qui fait encore la fierté de la France.

 

La Marseillaise.

Repost 0
Published by Edgar MALAUSSENA - dans SOLIDARITÉ INTERNATIONALE
commenter cet article